Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2006 6 16 /12 /décembre /2006 17:43

L'extreme fin du XXème siècle a vu éclore un nouveau concept, très prisé de la France des affaires qui ne déroge pas au penchant bien français pour "l'intellectualisation" de tout ce qui a l'air nouveau ! Son nom un peu mysterieux, l'Intelligence Economique, ne peut qu'interpeller l'imagination de tout un chacun. Celui qui aura lu trop de livres d'espionnage imaginera des ex-espions au chomage, nostalgiques de la guerre froide, se recyclant dans le "renseignement" économique et allant extirper, tels des ombres maléfiques, les secrets (souvent bien mal gardés) des sociétés innovantes pour les revendre aux sociétés concurrentes ou au plus offrant. Un autre moins romantique verra dans l'éclosion de ce concept les conséquences de la diffusion mondiale de l'information sous toutes ses formes et de la quasi-impossibilité d'en assurer le controle.

Le propos n'est pas de nier l'existence de l'espionnage économique, invention non récente mais qui n'a pu que s'amplifier d'une manière sans doute considérable par le moyen des nouvelles technologies de diffusion et de traitement de l'information. Des affaires importantes dans ce domaine défraient régulièrement la chronique et sont là pour en confirmer la réalité. L'Intelligence Economique dont nous traitons ici ne recouvre, de manière très stricte, que la collecte, l'analyse et l'exploitation d'informations relatives à un domaine déterminé en vue d'une plus grande efficacité économique. Elle se distingue donc très clairement de deux autres activités : la Sureté (qui concerne la protection du secret et le contre-espionnage) et l'Investigation (qui concerne les enquetes judiciaires, administratives, légales ou illégales et l'espionnage). La récente Académie de l'Intelligence Economique propose la définition suivante : " l'intelligence économique recouvre les actions pratiques, les procédures et les moyens permettant, d'une part, de comprendre , grace à la maitrise de l'information, l'environnement économique de l'Entreprise, et d'autre part, d'agir ou de réagir, si possible par anticipation"

On utilisait auparavant un terme - La Veille Economique - qui recouvrait de nombreux aspects du nouveau concept et qui n'est heureusement pas tombé en désuétude. En effet, pour un entrepreneur lucide et organisé (2 qualités majeures dans ce métier sous réserve de réveils douloureux !), veiller à ce qui se passe autour de soi à tous points de vue (technologie, commerce, juridiction, droit des affaires et du travail, concurrence locale et étrangère, évolutions des besoins, etc...) relève du bon sens et de l'organisation. Une fois cela dit, restent à mettre en place les bons procédés, choisir les bons outils ...et n'y pas consacrer trop de ressources surtout si on est une PME ! C'est sans doute au niveau de la modernité des outils proposés que les acteurs de l'IE vont faire oeuvre d'innovation.

Quatre concepts sont regroupés sous cette appellation : L'IE proprement dite (son évolution et enrichissement), le KM (Knowledge Management ou Gestion de la Connaissance), la Veille et le Lobbying.

La méthodologie générale se décompose en 3 phases principales qui sont : la Collecte, l'Analyse et le Traitement, la Diffusion auxquelles vont s'associer des outils de recherche/analyse de données, de protection, d'évaluation et benchmarking.

Les outils disponibles sur le marché sont de 6 types qui ne seront pas détaillés ci-joint mais qui peuvent etre consultés sur le site www.veille.com : Les Portails sur moteurs et réfèrencement, les Moteurs généralistes et spécialisés, les metaMoteurs (Ariane6, Kartoo, Ixquick...), les Agents de recherche (Kalimage, AgentLand, BullEye...), les Agents de veille ( Wysigot, Agentia, MyUpdate...) et enfin les Solutions Serveurs (ApertoLibro, WatchEdition, LexiQuest....)

Afin de préciser un peu les choses, examinons les caractéristiques de l'outil de veille Cybion Eye (développé avec le soutien du MINEFI) : Cet outil assure l'exécution des 3 phases de la méthodologie générale décrite plus haut avec pour objectif l'automatisation intelligente (économie de moyens et efficacité) de ces phases. Pour la 1ère phase de collecte/identification des sources, il ne va pas retenir les outils du marché (Crawlers et metaMoteurs) jugés insatisfaisants mais gérer un système d'apprentissage afin d'aboutir à une collecte à la fois plus rapide, plus fréquente et plus exhaustive. Il va donc sélectionner et filtrer les articles adéquats et constituer une base de données structurée et référencée qui sera exploitée dans la suite du processus, lui-meme régi par un ensemble de règles (sources, fréquence de collecte, critères de sélection, profils utilisateurs, etc ...) sous le controle d'un administrateur. Il s'agit, à l'évidence, d'un outil vivant dont la mise à jour et l'entretien sont essentiels pour la qualité du résultat.

Querls acteurs rencontre-t-on sur ce marché ? Pour la clarté des choses on va les répartir en 4 catégories : Les Cabinets spécialisés (une cinquantaine répertoriés en France), Les Courtiers en information, les Editeurs (une quarantaine) et enfin une pléiade d'Associations (64 référencés à ce jour) et d'Organismes divers et variés parmi lesquels le Gouvernement français tout d'abord qui a lancé dès 2003 une véritable politique publique de l'IE mais aussi l'ANVAR, le MEDEF, le CFCE , le CEPIT et de nombreuses Chambres de Commerce (CCIP et des Chambres Régionales) sans oublier les Universités et Grandes Ecoles qui proposent des mastères (EISTI, ESIEE par exemple)

L'information sur le sujet est, quant à elle, assurée par des réseaux, des blogs (ex : le Blog de l'IE sur le site des Echos), des annuaires, des cercles, des livres (voir la Documentation Française à titre d'exemple) et autres publications.

Cette nouvelle activité a engendré une dizaine de nouveaux métiers répertoriés par l'Académie de l'IE (déjà citée plus haut) : formateur, veilleur, analyste, auditeur, consultant, éditeur de logiciels, directeur ou responsable, délégué général et enfin lobbyiste.

L'activité relative à l'IE est promise à un bel avenir dans le sillon de la nouvelle Economie immatérielle (ou de la connaissance ou des services selon le terme que l'on préférera).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cr0vax 02/01/2007 20:39

Je l'ai identifié alors que j'étais en phase de veille ;) Il apparait ici : http://www.zewol.net/blog/intelligence+economiqueTout mes voeux pour une exellente année 2007

Poulain Paul 31/12/2006 12:45

Parfait, nous avons trouvé un consensus sur le sujet (passionnant) de l'IE.
A titre de curiosité, comment avez-vous identifié ce blog qui n'a qu'une diffusion fort restreinte ?
Tous mes voeux de réussite pour 2007

cr0vax 30/12/2006 18:59

Bonsoir,Effectivement, je n'avais pas vu votre billet sous cet angle là, et je dois dire que nous sommes effectivement d'accord sur le fond.L'IE a récemment beaucoup changé et là où on pouvait voir auparavant seulement d'anciens militaires, ou assimilés, une nouvelle génération a commencé à s'imposer. Une génération qui s'appuie plus sur la veille, et moins sur le renseignement.Je ne suis pas sûr d'en savoir plus sur le sujet, je ne suis qu'un amateur en la matière. Il s'agit juste d'un sujet qui rassasie ma curiosité intellectuelle ;)Bien cordialement,Pierre-Olivier Dybman

Poulain Paul 30/12/2006 18:40

Bonjour et merci de votre commentaire très pertinent.
J'ai eu la curiosité de visiter votre blog et d'utiliser l'onglet proposé vers le très intéressant et très riche site netvibes. Je ne crois pas que nous ayons un réel désaccord sur le fond du sujet et je partage votre avis sur le fait que le concept d'intelligence économique n'est pas nouveau. Ce qui me semble nouveau, c'est la modernisation de sa mise en oeuvre via des outils logiciels et des procédures associés aux moyens actuels de diffusion de l'information. Pour faire court, l'intelligence économique me semble avoir quitté le stade "artisanale" (sans rien de péjoratif dans ce terme) pour un état plus organisé et, sans doute aussi, plus généralisé (un effet de la mondialisation).
Dernière précision qu'il me semble utile d'indiquer, ce blog s'adresse à un public de gens éclairés mais sans expertise particulière et ne saurait apporter une réponse magistrale à un sujet que vous maitrisez sans doute bien mieux que le rédacteur.
Cordialement

cr0vax 29/12/2006 19:05

Je me permet de réagir car je ne partage pas du tout votre point de vue ...Vous semblez croire aux discours déontologiques officiels.Pour commencer, des espions retraités depuis la fin de la guerre froide allant à la pèche aux renseignement économiques ... C'est EXACTEMENT ce qui se passe. Demandons nous pourquoi le cabinet ministériel d'intelligence économique est, comme tout vrai poste d'IE, tenu par un militaire à la retraire ...Quant à ce qui "auparavant" s'appelait la veille économiqe : cela s'appelle bien évidemment toujours de la veille économique ...L'IE n'a rien de neuf. Elle a juste été remise au devant de la scène avec le grand essor du web et la multiplication des sources d'informations aisément accessibles. Du coup, plus de veilleurs. Or la veille est une des disciplines de l'IE (mais ne saurait en être la totalité), et est tout à fait légale. De fait, lorsque dans les médias, on souhaite parler d'IE, on évitera le chapitre du renseignement économique (la DST forme 30 000 cadres d'entreprises ... Pourquoi la DST s'il ne s'agit que de surfer sur le web ?) et on préfera parler de petits jeunes payés à agréger des flux RSS toute la journée ...

Présentation

  • : le blog pauledouard
  • : Blog d'intérêts variés concernant l'économie, la politique, l'histoire, l'Esperanto, les sciences, l'astronomie, les souvenirs
  • Contact

Profil

  • Pauledouard
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie

Recherche

Liens