Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 16:40

 

On rappellera une nouvelle fois, en préambule à cet article, que le climat a un comportement non-linéaire et chaotique, sous l'influence de cycles nombreux (parfois très longs) dont la connaissance scientifique est encore (et sans doute pour longtemps) imparfaite et qu'il ne faut pas le confondre avec la météorologie qui traite des phénomènes de court terme maintenant connus et abondamment commentés en temps réel et dont la violence et la répétition impressionnent l'esprit humain, soumis à un matraquage continu d'informations plus dramatiques les unes que les autres.

Les énormes inondations récentes dans la bassin rhénan viennent d'offrir une nième occasion aux dramatiseurs de tous poils et aux Cassandres médiatiques de reprendre les discours apocalyptiques du GIEC, à ce point adoptés par les dirigeants politiques que bientôt les incrédules et les contradicteurs de la doxa publique seront traités de blasphémateurs voire traînés devant les tribunaux pour leurs coupables "crimes" contre le réchauffement  climatique !

Il n'est, bien entendu, pas question dans cet article de minimiser les teribles drames humains engendrés par cette catastrophe exceptionnelle mais un minimum d'objectivité conduit à reconnaître que le phénomène météorologique dit de "la goutte froide" est connu des spécialistes et qu'il a déjà eu lieu dans le passé. A titre d'exemple, les débordements de la fameuse rivière Ahr avaient déjà causé la mort de 64 personnes en 1804 et de 57 personnes en 1910 avec la destruction de tous les ponts, à une époque où la densité de population et l'artificialisation des sols n'avaient rien à voir avec la période contemporaine. 

Dans son rapport spécial sur les évènements extrêmes, publié en 2012 le GIEC lui-même reconnaissait qu’il n’est pas possible d’ « évaluer les changements induits par le climat sur l’ampleur et la fréquence des crues »

 

Une autre catastrophe naturelle, bien qu'exceptionnelle est survenue en fin juin dans le nord-ouest américain, entraînant une vague de chaleur "hors normes". Ce phénomène, appelé "dôme de chaleur" est bien compris des spécialistes et peut intervenir quand des conditions particulières sont réunies (phénomène de La Nina couplé à un gradient de température des eaux du Pacifique oriental et occidental).

 

 

Ce que n'ont pas précisé les médias, c'est que ce phénomène a été de courte durée et a été suivi d'un refroidissement record ! Mais les périodes de froid, comme ceux de février 2021 en Amérique du nord qui avaient pourtant battu des records de plus d'un siècle, n'intéressent pas les médias car cela n'est pas en phase avec le sacro-saint dogme du réchauffement climatique !

 

 

 

Voilà, espérons-le, de quoi calmer un peu ceux qui sont toujours prêts à emboucher les trompettes de la fatalité climatique anthropique (c'est-à-dire engageant la responsabilité de nous, pauvres humains) !

Mais, me direz-vous, des catastrophes , il y en a maintenant tout le temps et même de plus en plus ! Les feux gigantesques en Australie ou en Sibérie, les inondations de plus en plus fréquentes (même la Chine s'y met !), les sécheresses à répétition, les températures battant tous les records, la montée des eaux....et j'en passe et des pires !

On répondra à cela que la puissance médiatique moderne a un tel impact et crée une telle focalisation dramatique sur les populations que ces dernières sont prêtes à prendre pour argent comptant les sombres prévisions climatiques complaisamment commentées et justifiées par des journalistes qui n'osent plus, craignant de perdre leur lucratif job, s'écarter du discours officiel !

 

Il n'est naturellement pas possible dans ce court article d'entamer une étude contradictoire de tous les fléaux météorologiues qui frappent la planète mais on peut se pencher sur les données statistiques publiées par l'ONU (via le CRED) pour se faire une idée de l'évolution (en fréquence et gravité) de ces fameux fléaux.

Une première constatation saute aux yeux en regardant le relevé des 25.000 catastrophes naturelles déclarées entre 1900 et 2020 (figure suivante) 

 

 

Le relevé statistique n'est devenu complet que dans les années 2000 et toute comparaison avec des périodes antérieures n'a donc aucune valeur scientifique !

Pour la période 2000-2020, le relevé des évènements par type montre une relative stabilité avec des variations fortes d'une année sur l'autre (voir ci-dessous)

 

 

Sur la même période, le coût des dommages présente également une relative stabilité, comme le montre le graphique ci-dessous :

 

Autre exemple concernant les inondations : le graphique ci-dessous n'indique pas de hausse significative dans la fréquence et la gravité des évènements mais d'importantes variations annuelles :

 

 

Concernant les cyclones, le rapport 2020 du groupe mondial de courtage d'assurance AON fournit des informations intéressantes sur les énergies cycloniques (intensité et longévité) couvrant la période 1990-2020 et montrant une tendance générale stable et même une légère baisse de l'ordre de 15%.

 

 

Il est important de mettre en perspective les catastrophes naturelles vues ci-dessus avec l'évolution mondiale de la population humaine et de son PIB qui ont respectivement augmenté de 25% et 70% :

 

 

En conclusion, si l’on en croit les statistiques du CRED et contrairement à l’opinion courante, rien ne permet d’affirmer que les nombres d’évènements et leur sinistralité aient augmenté pendant ces deux dernières décennies. Au contraire, on observe plutôt une stagnation voire une diminution des indicateurs, surtout si on les confronte avec la croissance de la population et de son niveau de vie notamment dans les zones à risques.

 

Désolé donc de contredire, une nouvelle fois et avec des données vérifiables et non pas modélisées, le "grand prêtre" réchauffiste Jean Jouzel qui vient encore, dans un interview du Point, nous abreuver de ses prédictions apocalyptiques !!

 

 

 

Il faudra sans doute une ou plusieurs décades avant que la (vraie) science du climat ne retrouve ses vertus, basées sur l'observation des faits et non sur des modèles aux hypothèses erronées ! 

 

                      .........................................

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : le blog pauledouard
  • : Blog d'intérêts variés concernant le climat, l'économie, la politique, l'histoire, l'Esperanto, les sciences et l'astronomie.
  • Contact

Profil

  • Pauledouard
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie

Recherche

Liens