Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 13:38

C'en est devenu un mythe : Antoine PINAY ! L'homme au chapeau rond et sa fameuse rente Pinay à 3.5% basée sur l'or !

Quand on aime "chiner" parmi les vieux bouquins, on fait parfois de surprenantes découvertes ! Telle cette bibliographie d'Antoine Pinay publiée en 1990 par Christiane Rimbaud (historienne, diplomée de Sciences-Po). On découvre, au détour des pages, l'existence fabuleuse d'un "petit bonhomme", presque l'archétype de "monsieur tout-le-monde" issu - quand meme mais sans rien d'extraordinaire sur le plan de la fortune - d'une famille bourgeoise de petits entrepreneurs en chapellerie au fin fond du pays lyonnais.

Ce 1er article sera consacré à découvrir le parcours de cet homme jusqu'à la libération de 1945.

Dans un second article, nous découvrirons sa carrière politique nationale et internationale.

L'histoire commence par une enfance heureuse entre un père respecté et une mère adorée, dans une ambiance éducative empreinte de pratique et morale chrétiennes bientot prolongée par un séjour fort austère voire carrèment spartiate dans l'établissement religieux de la ville voisine. Au menu, latin, grec...histoire (la matière préférée). Il ne passe ni le certificat d'études ni le Bac (qu'il renonce à présenter, craignant un échec vu sa faiblesse en ..mathématiques ! Etonnant pour un homme qui sera un économiste renommé !! Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises !). Bref, il sort du collège les mains vides en laissant le souvenir d'un enfant vif, sage mais entété, s'insérant facilement dans le moule éducatif de l'époque (il aura toute sa vie un gout inné pour la rigueur et la discipline).

Après s'etre initié à la gestion de l'entreprise familiale, voici notre jeune homme appelé sous les drapeaux en 1912 comme simple soldat. Deux longues années d'artilleur (les meilleures années de sa vie selon ses dires. Toujours le gout de l'ordre et de la discipline) l'amène au modeste grade  de maréchal des logis et, sur le point d'etre libéré, voilà l'Europe qui prend feu ! Le jeune Antoine, patriote dans l'ame, partage l'enthousiasme général du départ au front, suivi de bien cruelles et rapides désillusions. Il prend part à la fameuse bataille de la Marne mais la guerre prend fin pour lui dès septembre 14 suite à une grave blessure au bras droit (il en perd l'usage de 3 doigts de sa main droite). Il reçoit la croix de guerre et la médaille militaire pour sa conduite exemplaire au feu (Au vu de la grande misère des "poilus" pendant les 4 ans de guerre, certains médiraient en disant qu'il a simplement eu de la chance de s'en tirer à si bon compte !). Rendu à la vie civile, il seconde son père quelque temps puis épouse la fille d'un tanneur de St Chamond qui lui abandonne rapidement la direction de l'affaire. Voici donc notre jeune homme parti pour une existence bourgeoise et paisible de notable local. Il n'a aucune attirance voire de l'aversion pour la politique et pourtant....

...il se retouve bombardé maire de St Chamond après avoir accepté à contre-coeur et non sans résistance d'etre inscrit sur une liste modérée d'Union Républicaine qui va faire un tabac aux élections municipales de 1929. C'est l'attrait de sa personnalité dont on retrouvera les constantes caractéristiques tout le long de son parcours politique (bonhommie souriante et chaleureuse, bon sens inaltérable, intelligence aigue des réalités, langage simple et convaincant, prudence et mesure en toutes choses) qui est en grande partie responsable de cette vocation forçée, vocation qui va s'avérer etre l'une des plus brillantes du siècle !. Il sera réélu maire (avec des scores de fou !) pendant 50 ans jusqu'à sa retraite politique en ...1977.

Maire de St Chamond, son activité inlassable fait des étincelles pour le plus grand bonheur de ses administrés. Dans cette petite cité triste et sans gaité,  il lance un programme de rénovation de grande ampleur. Il est l'un des 1ers maires à doter sa ville d'un office HLM (en 1930) et à créer une société d'économie mixte associant la ville et les entreprises locales. Il modernise les équipements scolaires et hospitaliers...et tout cela via une gestion rigoureuse et économe des deniers publics ! Tous les budgets municipaux qu'il présentera pendant 50 ans seronts tous votés à l'unanimité, meme par les conseillers communistes ! Il sait aussi se faire apprécier des maires des communes voisines et c'est tout naturellement, en 1934, qu'on lui propose de se présenter au Conseil Général de la Loire. Après s'etre fait prier (une coquetterie qu'il renouvellera souvent !), il est élu conseiller général, donnant l'image d'un gestionnaire indépendant, attentif aux problèmes sociaux quoique homme de droite mais inféodé à aucun parti.

Arrivent les élections législatives de 1936. Dans la 1ère circonscription de la Loire, le député sortant radical-socialiste et les autres candidats de droite sont en mauvaise posture devant la poussée du candidat communiste. Tous mes candidats anti-front populaire n'ont dautre ressource que d'appeler un homme de consensus capable de réunir la droite et les radicaux. Devinez qui ? : Ce brave maire de St Chamond dont la notoriété locale est au zénith. Bien entendu, notre homme se fait prier (des raisons familiales impérieuses, dit-il). L'affaire montera jusqu'à Paris et le président du Conseil Albert Sarrault en personne devra s'employer pour le faire accepter ! "Le Toine" comme l'appelle familièrement ses administrés se présente donc sous l'étiquette de radical indépendant, se voulant rassembleur et homme de progrès social...et il est élu après seulement 3 jours de campagne. une véritable gageure !

A la Chambre des députés, il fait une entrée très discrète. Les grandes envolées lyriques et les imprudences économiques du front populaire ne lui conviennent guère meme s'il aprécie Léon Blum et ses mesures sociales. Il noue à l'Assemblée quelques solides amitiés notamment avec Roger Salengro, Paul Reynaud et surtout Edouard Herriot auprès duquel il trouvera toujours un appui. En 1938, une opportunité lui permet, en tant qu'homme de consensus centriste opposé aux communistes, de rejoindre l'ambiance plus feutrée du Sénat où il s'inscrit à la commissison des Finances (le futur économiste montre le bout de l'oreille) dont il deviendra rapidement l'un des bons spécialistes. Il sera l'un des rares hommes politiques à percevoir le danger mortel pour les démocraties occidentales des ambitions nazies et réprouvera les accords de Munich. Il sera aussi l'un des rares hommes lucides à mesurer l'impréparation matérielle et morale de la nation devant la menace itlerienne. Depuis sa mairie de St Chamond il suivra avec le désespoir profond des anciens de 14 la débacle de juin 40. Homme pragmatique, il acceptera l'armistice devant le désastre irrémédiable et votera, le 10 juillet 40, les pleins pouvoirs à Pétain. Homme d'ordre, il sera choqué par l'entrée en dissidence depuis Londres du général de Gaulle et restera fidèle au vainqueur de Verdun. Il fera meme partie (contre son gré dira-t-il plus tard) du conseil national de 1941 chargé de rédiger une nouvelle constitution mais il refusera toutes les sollicitations pour participer aux nouveaux organismes mis en place. Les options autoritaires, autocratiques, intolérantes puis bientot racistes du régime de Vichy heurtent violemment son esprit de tolérance, libéral et mesuré. Il va très vite faire de la résistance passive et meme présenter sa démission de maire qui sera acceptée en 1943. " Je ne voulais pas etre de ce bord là", déclarera-t-il plus tard. Sans etre un héros, il ne contentera pas de courber le dos, sa mairie deviendra une officine de faux papiers et il protégera activement certains de ses administrés. Dans la fièvre de l'épuration il sera toutefois soupçonné de collusion avec le pouvoir de Vichy et ses droits civiques seront suspendus mais rapidement rétablis devant le tollé provoqué à St Chamond par cette mesure. Il sera réélu au Conseil Général de la Loire dès septembre 1945 et donc lavé de tout soupçon mais la médisance de ses ennemis politiques le poursuivra longtemps.

Suite dans le 2ème article

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog pauledouard
  • : Blog d'intérêts variés concernant l'économie, la politique, l'histoire, l'Esperanto, les sciences, l'astronomie, les souvenirs
  • Contact

Profil

  • Pauledouard
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie

Recherche

Liens