Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 13:23


Kun la disvolvigxoj de la financa krizo, kiu farigxas pli kaj pli , kiel nun cxiu scias gxin, ekonomia atendante farigxi socia, la esprimo "malbona banko" estis renkontita pli kaj pli ofte cxu sub la plumo de la ekonomiaj spertuloj cxu mem en la paroladoj de la politikaj estroj.
Duvorte kaj farante simple, la baza ideo esprimita de tia formulo estas la grupigo en nova financa organismo de cxiuj dublebaj valorpaperoj, tiuj famaj "toksaj produkajxoj", kiuj forteniris la kontojn de praktike cxiuj bankoj tratutmonde, kun la komisio por tia nova organismo plenumi senhaste kaj  iom serenece enmarketvendadi kiel eble plejbone (aux oni plibone dirus kiel eble plej malmulte da valorperdado) esperante, ke la tempo kaj la postsxtorma  kalmoretorno arangxu la aferojn. Face de la pli kaj pli granda amplekso de la bankaj kaj ekonomiaj perdadoj , el la ideo de nacia "malbona banko" (por la ruzaj sxtatoj, kiuj volis ludi sole sen ensxargxigxi kun la kruco de aliaj), oni vigle alvenis al ideo de euxropa "malbona banko" por mutualigi la plenadon de financaj toksajxoj kaj restarigi konfidon kaj intersxangxojn inter la euxropaj bankoj. Cetere akordo jxus alvenis inter la euxropaj politikaj estroj por trakti la toksajn aktivojn interne de komuneca framo. Jen afero, kiu bonoriente iras tiom sxajnas nature mobilizi la euxropan solidarecon por tiom serioza situacio. Cxu tio alportos realan solvon al la ekonomia krizo ?
Preskaux certe ne cxar meti oleon en la dentradojn de la bankaj intersxangxoj ne povos sukcese cxesigi la falon de la ekonomia aktiveco kreita de la financa krizo kaj la regreson konstatitan desde duon-2008 en la plejmulto da disvolvigitaj landoj (Usono enkape, Japanio, Anglio, Germanujo.....) kaj ankaux la lantigxon de la ekonomiaj "lokomotivoj"  (Cxinio, Indio, Brazilo...).
Necesas do alia afero por rejxeti la tutmondan ekonomian masxinon ekcepte de atendi la retornon de heligxo dum pluraj jaroj ...esperante ke intertempe novaj plagoj (hiperinflacio ekzemple kiel tiu el Germanio dum la tridekaj jaroj, kio ne estas teoria dangxero vidante la kolosajn monlikvajxojn, kiuj estas injektitaj per la Centraj Bankoj - la Federala Usona Banko notinde - en la okcidentaj ekonomiojn por rekapitaligi industrion kaj bankan sektoron) ne peze falu sur niajn kapojn kaj ne tro suferigu la produkrimedojn kaj laborecon.

Kaj la ideo de tiu "alia afero" alvenas al ni ekde artiklo publikita komence de 2009 en la "Osservatore Romano" per la itala bankisto Tedeschi, reprenita kaj sostenita de Gordon Brown mem, tutmonda financa decidpovulo. La revolucia propono, kiu estas farita, estas efektivigi kolosan investon favore de malricxaj landoj cele de relancxi la ekonomion de la disvolvigitaj nacioj kaj provizi la tria-mondajn landojn kun la rimedoj (financaj, edukadaj, sanaj, produkaj, infrastrukturaj,....) kies ili tiom mankas por unue eltirigxi el la mizero kaj doni al iliaj popoloj decajn vivkondicxojn cele de partopreni al la tutmondaj ekonomiaj intersxangxoj, tiel favorizante moderan kreskadon de la plenmonda ekonomio.
Neniam estis tiom tauxga ol hodiaux la tereno por revoluciaj proponoj cxar la plejmulte da mondpolitikaj estroj alfine komprenis, ke necesas frapi ambaux, forte kaj rapide cele de ne kontrolperdi la nunan tutmondan krizon, kies neniu kapablas nune desegni la konturojn. Siajn bankojn kurhelpu la sxtatoj unuatempe estis utile por eviti ekonomian blokadon sed kondicxe ne malsxparegi vane iliajn depruntajn kapablojn kaj solvi la problemon de la toksaj produkajxoj, tio kio ne sxajnas efektiva.
Do necesas nun relancxi la ekonomian masxinon, tio kio alia afero estas, kiu nur eblas kiel tutmonda afero.
Nia itala bankisto apogas sian proponon sur sxajnprava analogio : Estis la depruntoj elmetitaj de la prezidento Roosevelt dum jaroj 1939-1940 por financi la usonan militostrebon, kiu relancxis la usonan ekonomion, permesinte retrovi kvazaux plenlaborecon antaux du aux tri jaroj kaj poste farigxi la superpotencon desde la kvindekaj jaroj . Ankoraux estis per deprunto, ke estis financita la fama "Plano Marshall", kiu permesis rekonstrui en dekjaroj duondetruitan Euxropon fine de la dua mondmilito kaj starti gxian kreskadciklon de la "Glora Trideko".
Hodiaux, se necesus deklari novan militon, estus tiu kontraux la malricxeco de la tria-mondo, kies disvolvigxado devus financiti  tiom pro principo de justeco kiom pro ekonomia efikeco kaj tiel solvi la nunan krizon per forta tutmonda relancxo. Ekde tio alvenis la ideo de "Bona Banko" financita de kolosa tutmonda deprunto, kies kapitalfondoj estus unuaece al dispono de la malricxaj landoj - laux definendaj kondicxoj sed sendube komencante per parta aux plena nuligo de iliajn sxuldoj - cele de plenumi iliajn vivnecesaj bezonoj (nutrajxaro, sano, edukado, logxado, cxiaj infrastrukturoj,...) sed ankaux al dispono de la elmergantaj landoj, kiuj bezonas longpagdatajn kredito-liniojn por frosteviti parton de iliaj ricxfontoj interne de singardaj antikrizaj monrezervoj.

Tiom simpla estas la ideo, tiom komplika estos sia aplikigxo cxar la abundo de la dispartigendaj ricxfondoj forte ekscitos la apetitojn al Nordo kiel al Sudo ! Necesos multaj kaj multaj internaciaj kunvenoj kaj starigi scioplenajn kompromisojn por kotentigi la tutajn koncernatajn naciojn. Sed cxefe estis lancxi la ideon. Ankoraux nun necesas akceptigi gxin dum la kunveno "G20" de proksima aprilo. 
Bondziru ni al Gordon Brown multe da talento kaj konvinkforto por adherigi siajn kolegojn dum la "G20"-a kunveno !

Kiom multe da investo necesos tia afero kaj kie trovi la monfondojn ?

Tia necesa investo kalkuligxos per mondo-"PIB"-poentoj (unu tia poento korespondas al 500 miliardoj da $). Oni scias , ke la okcidentaj landoj jxus akordigis saman sumon al FMI fine de respondi la urgxajn bezonojn de kelkaj preskaux bankrotajn nacioj. Por forta kaj rapide efika ago, certe necesos inter 5 kaj 10 PIB-aj poentoj, ecx eble pli - diru ni simplamaniere 10.000 miliardoj da dolaroj - kio indas frenezigi !

Sed kie oni trovos samajn monfondojn ? Tiuflanke zorgi ne indas ! Monfondoj ne mankas ! La tutmonda ekonomio kreis tiom da monlikvajxoj dum tiuj lastaj dudekaj jaroj, ke la nuna tutmonda monamaso estas estimata de proksime 650.000 miliardoj da dolaroj (desde kiuj 75% en "derivitaj financoprodukoj), tio estas 13 fojoj la sumo de la tutmondjara PIB !!!
Sukceso de la koncernata operacio, nur necesus mobilizi cirkaux ....1,5 % de tiu tutmonda monamaso !  Kulpeto fakte !!

Kaj plu, la "bileto-tabulo" de la Centraj Bankoj ne funkcias por hundoj !
(la Federala Usona Banko perkore konas tion kun siaj senhaltaj dolaremisioj, profitante de la stato de sola kaj oficiala tutmonda rezervomono)

Kaj kial ne profiti por finfine krei tiun faman tutmondan sxangxmonon, kiun la grava KEYNES jam bondeziris meze de la dudeka jarcento kaj de kiu la prezNobela STIGLITZ diris en sia libro "Alia mondo" :

                     " Eble ne estas nova ideo sed eble estas ideo kies la tempo alvenis"




Repost 0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 13:36


Felicxa fresxdata renkonto mustelkatinte en brokanto de malnovaj libroj !

La libro "J'accuse l'économie triomphante" ("Mi kulpigas la fieran ekonomismon") el Albert Jacquard, publikita de 1995 per la kolekto "Le livre de poche" ("La pocxlibro")
Tiu libreto datigxas je baldaux 15 jaroj, tio, kio multe estas kiam temas pri ekonomio, sed la fortaj veroj ne eksmodigxas kaj ecx prenpovas mirigan reliefon en tiu epoka de planeda financa katastrofo. 

En tiu libro, la verkisto violente kritikas tion, kion li nomas "la ekonomismo", kiun li lokas al sama mensonivelo kiel  la integrismo kaj la religia fanatismo. Per tio li denuncas tre disvastigan kredadon cxe la ekonomiaj ekspertuloj kaj la politikuloj (konvikitaj de la unuaj), ke la tutmonda ekonomio, tio estas la materia administrado de la mondo kaj de la popoloj obeas nesxangxeblajn kaj nekonturneblajn legxojn (la ekonomian sciencon), kiuj permesus starigi "sciencajn verojn" tra ekonometrikaj modeloj kaj iliaj miloj da komputkalkulitaj matematikaj ekvacioj !
Tiuj supozitaj "sciencaj veroj" nature estus senapelaciaj kaj oni nur devus inklinigxi antaux iliaj diktajxoj kaj iliaj neeviteblaj konsekvencoj, kio ajn povus esti la socia kosto !
Kiel legxekzemplo, li indikas la faman liberaligadon de la komerciaj intersxangxoj. Laux la pura liberala ekonomia teorio, fakte, dereguligi la intersxangxojn, forpreni cxion, kio malhelpas la liberan cirkuladon de la bienoj kaj servoj faciligas la kreskon de la bienoj utilaj por cxiuj ! La usonanoj dum la "Uruguay Round" de 1993 estis ecx elmontrintaj unu ekonometrikan modelon ricxa je 77.000 matematikaj ekvacioj, kiuj permesis precize cxifri la kreskadon de la tutmonda produktado kaze de plena intersxangxo-dereguligado.
Aparte de la neprovebla trafeco de tiom kompleksa modelo kaj gxiaj elekto-kriterioj, cxu estus konvene el la tutmonda estraro konfidi en tia modelo sen zorgi pri la realecoj, kiuj kasxigxas malantauxe kaj la dramaj konsekvencoj, facilaj imagi (premego de la plej malfortaj landoj per plena ekonomia milito regita de la sola legxo de konkurenco, ruino de multaj lokaj agrikulturoj kaj produktadoj nekapablaj rezisti al la teknologia supereco de la nordaj sxtatoj, gxenerala reduktado de la produktpezajxoj kuntrenante socian regreson en la plimultaj landoj, ktp...) ?
Alia  sakra-sankta regulo citata de la verkisto : La fama internacia laborpartigxo, kiu instigas cxiun landon spertigxi en sektoroj, kiuj garantias preferan konkurencan favoron.... kaj forlasi la aliajn sektorojn profite de la konkurencaj landoj !! Laux  tia legxo, Francujo foroferus sian agrikulturon (estimatan malpli mondonan ol tiuj el Indujo, Brazilo, Argentino aux  Auxstralio, ecx Usono laux  la koncernataj agro-sektoroj)  por spertigxi en sercxado kaj altteknologiaj produktajxoj....kaj forlasi siajn kamparojn kun aktivaj popoloj en la aliaj agro-sektoroj !
Kiu estus suficxe freneza por akcepti tian ekonomian diktajxon ?
Malantaux la blinda aplikado de la ekonomia "racionaleco", ne estas malproksime la diablo kaj la frenezado ! 
Kaj tio, per unu tre simpla klarigo, kiun la verkisto, kiel scienca homo, rememorigas al ni :
"Oni ne povas konfundi unu rean sciencon esplorantan mekanismojn, kiuj estas truditaj de la Naturo kaj unu alian aproksiman sciencon esplorantan mekanismojn, kiuj dependas parte de ni kaj parte de niaj sintenoj tiom individuaj kiom kolektivaj."
Tamen sendube estas utilaj la scienciaj metodoj kaj la matematikaj iloj por studi kaj modeligi la ekonomiajn intersxangxojn.... sed kondicxe adopti restriktajn hipotezojn kaj travideblajn elekto-kriteriojn sociale akcepteblajn. Por ilustri sian temon, la verkisto starigas la analogion inter la fundamenta koncepto de "valoro" el la ekonomia teorio kaj la koncepto de "QI" (intelekta kvociento) kiel mezuro de la homa inteligenteco.
La aplikigxo de la principoj de la liberala ekonomio jam montris multokaze la damagxegojn, kiujn ili povas kauxzi. Oni prenos kiel fresxdata ekzemplo la partan ruinon de la meksikia agrikulturo (notinde la maiza produktado) sekve de la validigxo de la ALENA (libera intersxangxo-akordo inter la landoj el Norda kaj Centra Amerikoj), kiu permesis la forteniron de la usona maizo en Meksikio kun konsekvence la ruino de tiu loka kulturo kaj la dependeco de tiu lando por la nutrajxaj importoj kaj do por la tutmondaj prezvariigoj..... atinginte al malsatribeloj (la famaj ribeloj diritaj "tortilla-ribeloj") okaze de la eksplodo de la tutmondaj kursoj en 2008.
En inter-sxtataj rilatoj, la bilanco de nereguligita ekonomismo neniamaniere povas konsideriti kiel pozitiva. Incetigitaj produkismo kaj konkurenco nur povas altiri al malsxparadoj de nerenoveblaj ricxfontoj, al fortorilatoj, al kreskado en intersxtataj aux interkontinentaj pliakrigxoj kaj en enspezodiferencoj inter disvolvigitaj kaj subdisvolvigitaj landoj kaj ecx al rabado de tiuj lastaj per la multnaciaj kompanioj kies ekonomia rolo estas multe pli grava ol tiu de multaj malgrandaj landoj. Ne estas "nevidebla mano" por harmonie arangxi la tutmondajn ekonomiaj intersxangxoj ! Nur estas kruda kaj nepacigebla konfrontado !
Pensi la malon, tute simple estas retorno al mitoj de niaj prapatroj !
Interne de nacia socio, tiu bilanco estas tiom negativa. La kruda aplikado de la reguloj de la ekonomia racionaleco nur povas emfazi la malsamecojn inter la civitanoj, favori la fortulojn (la provizitulojn, la meritantulojn, la boninstruitulojn, la inteligentulojn aux tute simple la sxanculojn) malprofite de la malfortuloj en seninterrompa konkurenca klimato, nur povante alkonduki la logiko de la gajnantulo al la fina fiasko de cxiuj aktoroj. Tuto okazas kvazaux la ekonomia logiko efikus sur la uloj kiel drogo, kiu devigus pli kaj pli fortajn dozojn por trovi plezuron kaj kontentigon. Gxia cinikeco kondukas dependigi la logxejorajton al la mondoneco de la konstruadaj investantoj, al administri la aktivecon per la senlaboreco kaj la ekskludo kun la koncepto de seninterrompa krizo kaj la tromplogilo de la kreskadokurso, kiu permesus la plenlaborecon.
Vidalvide la tria-mondo, la ekonomismo kiel iu ajn integrismo, faras prozelitismon. Faru kiel ni, kriegas la disvolvigitaj sxtatoj ! Adoptu niajn principojn kaj niajn legxojn kaj vi povos pretendi al nia vivnivelo !
Tio, kio estas tute bone krimegeco ! Ne povante elporti nia planedo popolon de 6 miliardoj (kaj baldaux 10) da uloj kun la vivnivelo de la disvolvigitaj landoj ! Laux ekspertulaj kalkuloj nia planedo ne povus ecx elporti unu miliardon kun tia vivnivelo !
Rilate al elmigrigi parton de la tutmonda popolo direkte al alia planedo, tio cxiam dauxrigos "kosman songxon" pro la enormeco de la spacodistancoj kaj la legxoj de la Fisiko !

Tiam ? Al kio turnigxi se tiu fama ekonomia scienco blinde aplikita nur povas konduki nin al gxenerala ekonomia milito, al retorno de la barbareco kaj al la fina planeda fiasko ?

La verkisto indikas al ni en sia libro kelkajn vojojn, kiuj estos la temo de unu alia artiklo.




Fonto : "Mi kulpigas la fieran ekonomismon" el Albert Jacquard - 1995

Repost 0
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 14:39



Avec les développements de la crise financière, qui devient de plus en plus, comme maintenant chacun le sait, économique en attendant de devenir sociale, l'expression "Bad bank" se rencontrait de plus en plus souvent soit sous la plume des spécialistes économiques soit même dans le discours des dirigeants politiques.
En deux mots et pour faire simple, l'idée de base sous-tendue par cette expression est le regroupement dans un organisme financier nouveau de tous les titres douteux, ces fameux "produits toxiques" qui ont envahi les comptes de quasiment toutes les banques, à charge pour ce nouvel organisme d'en assurer, sans précipitation et avec un minimum de sérénité, l'écoulement sur le marché dans les meilleures conditions possibles (disons plutôt avec le moins de dégâts possible, c'est-à-dire avec une dépréciaton la plus faible possible des titres concernés) en espérant que le temps et le retour au calme après la tempête arrangeront les choses. Devant l'ampleur de plus en plus grande des dégâts bancaires et économiques, de "Bad bank" nationale (pour les Etats malins voulant la jouer "solo" et ne pas se charger de la croix des autres !) on en est très vite venu en Europe à l'idée d'une "Bad bank" européenne mutualisant l'ensemble des poisons afin de rétablir confiance et échanges entre les banques européennes. Un accord vient d'ailleurs d'être convenu entre les dirigeants de l'UE pour un traitement des actifs toxiques de leurs banque dans un cadre communautaire. Voilà qui va dans le bon sens tant il semble naturel de mobiliser la solidarité européenne dans une situation aussi grave. Cela va-t-il toutefois apporter une véritable solution à la crise économique ?
Presque qu'à coup sûr, la réponse est négative car mettre de l'huile dans les rouages des échanges inter-bancaires ne pourra suffire à stopper la chute d'activité économique induite par la crise financière et la récession constatée depuis la mi-2008 dans la plupart des pays développés (Etats-unis en tête, Japon, Angleterre, Allemagne....) et le ralentissement des "locomotives" (Chine, Inde, Brésil,...).
Il va donc falloir autre chose pour relancer la machine mondiale sauf à attendre plusieurs années le retour d'une éclaircie...en espérant, qu'entre temps, de nouvelles calamités (une hyperinflation par exemple, comme dans l'Allemagne des années 30, ce qui n'est pas un danger théorique au vu des liquidités colossales qui sont injectées actuellement par les Banques Centrales - la Banque Fédérale américaine notamment - dans les économies occidentales pour recapitaliser l'industrie et les banques) ne nous tombent pas sur la tête et que les moyens de production (industrie et services) ainsi que les emplois qui vont avec n'aient pas trop souffert de la dépression !!

Et l'idée de cet  "autre chose" nous vient d'un article publié en début 2009 dans L'Osservatore Romano par le banquier italien Tedeschi, repris et soutenu ensuite par Gordon Brown lui-même, autorité mondiale en matière financière. La proposition révolutionnaire qui est faite est de réaliser un investissement colossal en faveur des pays pauvres afin de relancer l'économie des pays développés et de fournir aux pays du tiers-monde les moyens (financiers, d'éducation, de santé, d'infrastructures,...) dont ils manquent tant pour d'abord s'extirper de la misère en donnant à leurs peuples des conditions de vie décentes puis participer véritablement aux échanges mondiaux favorisant ainsi la poursuite d'une croîssance raisonnable de l'ensemble du monde.
Le terrain n'a jamais été aussi propice qu'aujourd'hui aux propositions révolutionnaires car la plupart des dirigeants importants dans le monde ont enfin compris qu'il fallait frapper fort, vite et ensemble pour ne pas perdre le contrôle de la crise mondiale actuelle dont personne n'est, à ce jour, capable de fixer les contours. Que les Etats volent au secours de leurs banques était dans un premier temps utile pour éviter le blocage économique mais à condition de ne pas dilapider en vain leurs possibilités d'emprunt et de solutionner le problème des produits toxiques, ce qui semble bien loin d'être réalisé.
Il faut donc maintenant relancer la machine économique, ce qui est une autre affaire qui ne peut qu'être mondiale.
Notre banquier italien appuie sa proposition sur une analogie qui semble fort juste : Ce sont les emprunts lancés en 1939 et 1940 par Roosevelt pour financer l'effort de guerre américain qui ont relancé l'économie américaine lui permettant de retouver un quasi-plein emploi en 2 ou 3 ans puis de devenir la superpuissance dès les années 50. C'est encore par l'emprunt qu'a été financé le fameux Plan Marshall qui permit de reconstruire, en 10 ans, une Europe à moitié détruite en 1945 et de lui faire démarrer son cycle de croîssance des "Trente Glorieuses". Aujourd'hui, s'il y a une nouvelle guerre à déclarer c'est bien celle contre la pauvreté du tiers-monde dont il faut financer le développement aussi bien par principe d'équité que par souci d'efficacité économique et résoudre par là la crise actuelle par une forte relance mondiale. D'où l'idée d'une "Goog bank" financée par un colossal Emprunt mondial et dont les fonds seraient prioritairement mis à la disposition des Etats pauvres - selon des conditions à définir, en commencant sans doute par une annulation partielle ou totale de leurs dettes - afin de répondre à leurs besoins vitaux (alimentation, santé, éducation, logement, infrastructures, etc....) mais aussi des pays émergents qui ont besoin de lignes de crédit à long terme pour ne plus geler une partie de leurs actifs dans des réserves de précaution anti-crises.

Si l'idée est simple, sa mise en application sera sûrement fort compliquée car le gâteau à se partager excitera grandement les appétits au Nord comme au Sud ! Il y faudra moultes réunions internationales et l'élaboration de savants compromis pouvant satisfaire l'ensemble des Etats intéressés. Mais le principal était de lancer l'idée. Reste maintenant à la faire accepter lors de la réunion du G20 d'avril prochain.
Souhaitons à Gordon Brown beaucoup de talent et de force de conviction pour emporter l'adhésion de ses collègues !

Combien faudra-t-il mettre au pôt dans une affaire pareille et où trouver l'argent ?

 

La "mise au pôt" se comptera en points de PIB mondial (pour rappel, 1 point correspond à 500 Milliards $). On sait que les pays développés viennnent d'accorder ce montant au FMI pour répondre aux besoins pressants de certains pays au bord de la faillite. Pour une action forte et rapidement efficace, il y faudra sans doute entre 5 et 10 points de PIB voire plus - disons 10.000 Milliards $ pour se fixer les idées - ce qui  a de quoi donner le tournis !!

Mais où trouvera-t-on des sommes pareilles ? De ce côté-là, il n'y a guère de soucis à se faire ! Pour pasticher un vieux film policier, le "grisbi" ne manque pas ! L'économie mondiale a créé tellement de liquidités durant ces 20 dernières années que la Masse Monétaire Mondiale actuelle est estimée aux alentours de 650.000 Milliards $  (dont 75% en produits "dérivés") soit 13 fois le PIB mondial !
Pour l'opération concernée, il ne faudrait donc en mobiliser qu'environ ...1,5 % !!!  Une peccadille, en somme  !

Et puis les "planches à billets" des Banques Centrales ne sont pas faites pour les chiens !!
(la Banque Fédérale américaine connaît le sujet sur le bout des ongles avec ses multiples et continuelles émissions de dollars, officielle et seule monnaie de réserve mondiale à ce jour !) 

Et pourquoi ne pas en profiter pour enfin créer cette fameuse monnaie fiduciaire mondiale que Keynes appelait déjà de ses voeux au milieu du 20ème siècle et dont Stigliz, prix Nobel d'économie, disait dans son livre "Un autre monde" :
        
      "Ce n'est pas une idée neuve mais c'est peut-être une idée dont l'heure est venue".


Repost 0
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 10:43

On a traité dans un récent article de la Refondation du Capitalisme, voie qui semble a priori pragmatique et que les circonstances vont sans doute imposer aux dirigeants politiques de tous pays après le profond ébranlement des certitudes de l'économie libérale devant la catastrophe financière mondiale de l'an dernier.

Dans le présent article on examine les pistes proposés par Albert Jacquard, dans son livre "J'accuse l'économie triomphante" de 1995, pour le choix du bon chemin devant la bifurcation qui, jamais sans doute autant dans l'histoire humaine, nous fait face aujourd'hui :
D'un côté, la voie du statu quo, de l'acceptation de la fatalité devant les inégalités toujours s'élargissant entre les citoyens, les nations et les continents dans un contexte de chacun-pour-soi, de compétition entre nations et  individus, de chômage endémique, de mépris des faibles, de guerre économique généralisée et de domination de quelques puissants sur la multitude des démunis jusqu'à leur révolte désespérée.
De l'autre, la construction jamais achevée et probablement périlleuse d'une société humaine évoluée respectant à la fois la dignité de l'homme et ses aspirations personnelles mais aussi la nécessité d'une organisation sociale solidaire et d'une équité collective s'appuyant notamment sur une réelle égalité des chances et la protection des plus faibles.

La réalité de cette bifurcation historique trouve son explication dans les trois constats suivants :

       - L'humanité est aujourd'hui déboussolée. Elle a vécu pendant des siècles une évolution lente voire des stagnations et des régressions démographiques et économiques sous la double emprise des contraintes matérielles et des pouvoirs à la fois spirituels (mythes, croyances diverses, religions) et temporels (castes ou familles s'auto-légitimant ou légitimées par le pouvoir spirituel). Soudain, au 18ème siècle, les esprits se libèrent , grâce aux "Lumières", de la chape de plomb idéologique et en même temps les progrès techniques permettent de desserrer le garrot des contraintes matérielles. La démographie va devenir galopante, quadruplant la population mondiale au cours du 20ème siècle avec une projection à 10 milliards d'habitants et sans doute plus en fin de 21ème siècle ! Avec cette prodigieuse expansion humaine tout un chacun comprend aujourd'hui que notre planète est un espace fini (et non plus un monde infini aux ressources illimitées) dont les ressources non renouvelables peuvent et vont s'épuiser à relativement brève échéance, dont l'environnement climatique, maritime ou biologique est gravement altéré par l'action humaine. On sait aujourd'hui que le niveau de vie occidental, trop consommateur de ressources de toutes sortes, ne pourra être adopté par l'ensemble de l'humanité. Le récent désastre financière vient encore une fois de nous confirmer qu'une croissance économique sans freins ni contrôles n'est plus acceptable, qu'elle ne peut conduire qu'à la catastrophe planétaire et qu'il lui faudra, pour le moins, une sévère régulation par le biais des Etats ou peut-être même d'organismes internationaux à renforcer ou à inventer. Adieu donc la rationalié économique comme unique bousole du monde. Le politique, c'est-à-dire l'organisation de la cité, doit reprendre ses droits un moment contestés par la théorie économique. Mais on sait aussi que le "trop-Etat" quand il en vient à collectiviser toute action humaine, à dresser sans nuance le "nous" (le peuple) contre le "je" (l'individu et sa liberté) conduit à d'épouvantables catastrophes comme nous l'a que trop longtemps montré le 20ème siècle !
       - L'humanité est entrée dans sa phase adulte. Les mythes et les croyances ancestrales en des forces surnaturelles qui régenteraient la marche du monde ont laissé la place à la connaissance scientifique de notre environnement proche (la terre) et lointain (le Cosmos) même si des intégrismes religieux particulièrement agressifs cherchent encore à nous imposer leur fanatisme d'un autre âge mais trouvant l'oreille complaisante de foules misérables et revanchardes. Le destin de l'humanité est maintenant entre ses mains. Ses décisions collectives décideront du choix du chemin dans la bifurcation qui nous fait face : la voie humaniste ou la voie barbare.
      - Le travail humain subit une profonde mutation. Et cette mutation offre à l'humanité une opportunité historique d'harmoniser les besoins matériels et spirituels de l'homme. Le machinisme, l'automatisation et l'informatisation des process industriels ont permis des avancées énormes dans la production des biens et des services marchands dans tous les secteurs économiques entraînant une baisse continue des coûts de production des biens et la création continue de nouveaux biens et services. Les progrès de la technologie, notamment dans la microélectronique et la miniaturisation, permettent des gains continus de productivité et des innovations de plus en plus performantes dans une foule de domaines. La société a ainsi, pour la première fois de son histoire, la possibilité d'affecter la Valeur Ajoutée de toutes ses activités marchandes (correspondant aux PIB nationaux) non seulement à la rémunération du travail de production (sous forme de salaires) et du capital investi (sous forme de dividendes) mais aussi au financement de la production de Biens sociétaux non marchands (Justice, Education, Formation continue, Logement, Santé, Assistance aux démunis, Services aux personnes dépendantes, Associations solidaires de toutes sortes....). Le champ d'activité pratiquement illimité de ce type de Biens est à même d'assurer à la fois justice et équité sociale mais aussi fournir à chaque citoyen, quelque soient ses dons personnels, une opportunité d'activité lui assurant ressources vitales et dignité sociale.

Ces trois constats doivent aider l'humanité dans sa réflexion sur son devenir et dans son refus du caractère inéluctable des réalités actuelles. C'est faire le jeu des nantis et des puissants que de croire ces réalités inéluctables, eux qui naturellement souhaitent que rien ne change dans l'ordre d'un monde dont ils sont les maîtres  !
L'avenir du monde n'est écrit nulle part Il sera ce que les hommes en auront collectivement décidé.
Il n'y a pas de fatalité économique à l'accaparement des richesses par quelques uns et l'accablement de la misère pour la multitude.  

Tout réside dans la décision politique (par la voie démocratique) du partage des productions et des richesses.

Mais pour dépasser l'état actuel des choses, il faura à l'homme mobiliser toutes les ressources de son imagination, faire preuve de solidarité nationale et planétaire et surtout faire taire en lui ce pesant esprit de conformisme qui lui paralyse l'esprit.



Source : "J'accuse l'économisme triomphant" de Albert Jacquard - 1995


Repost 0
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 11:59


Heureuse récente rencontre en fouinant dans une brocante de vieux bouquins !

Le "J'accuse l'économie triomphante" d'Albert Jacquard, publié en 1995 dans la collection "Le livre de poche" !
Ce petit livre date de bientôt 15 ans, ce qui est beaucoup quand on parle d'économie, mais les vérités fortes ne se démodent pas et peuvent prendre même un singulier relief en ces temps de catastrophe financière planétaire.

Dans ce livre l'auteur s'en prend violemment à ce qu'il nomme "l'économisme" qu'il situe au même niveau mental que l'intégrisme et le fanatisme religieux. Il dénonce par là une croyance très répandue chez les experts économistes et les hommes politiques (influencés par ces mêmes experts) que l'économie mondiale, c'est-à-dire la gestion matérielle du monde et de ses populations obéit à des lois immuables et incontournables (la science économique) qui permettraient d'établir des "vérités scientifiques" au travers de modèles économétriques traitant  par ordinateur des milliers d'équations mathématiques !
Ces prétendues "vérités scientifiques" seraient naturellement sans appel et il ne resterait qu'à s'incliner devant leurs "diktats" et leurs conséquences inéluctables quelqu'en puisse être le coût social !
A titre d'exemple de loi, il cite la fameuse libéralisation des échanges. Selon la pure théorie économique libérale, en effet, déréguler les échanges, supprimer tout ce qui entrave la libre circulation des biens et des services favorise le développement de la production des biens utiles à tous !  Les américains, lors de l'Uruguay Round de 1993 avaient même exhibé un modèle économétrique riche de 77.000 équations mathématiques qui permettait de chiffrer avec précision la croissance de la production mondiale en cas de dérégulation totale des échanges !
Mise à part l'invérifiable pertinence d'un modèle aussi complexe et de tous ses critères de choix, serait-il raisonnable de la part des dirigeants mondiaux de se fier à un tel modèle sans tenir compte des réalités qui se cachent derrière lui et des conséquences dramatiques faciles à imaginer (écrasement des pays les plus faibles dans une guerre économique totale régie par la seule loi de la concurrence, ruine de nombreuses agricultures et productions locales incapables de résister à la supériorité technologique des pays du Nord, réduction générale des charges pesant sur la production entraînant un recul social dans la plupart des pays, etc.....) !!
Autre règle sacro-sainte citée par l'auteur : La fameuse division internationale du travail qui incite chaque pays à se spécialiser dans les secteurs qui lui assurent un avantage compétitif préférentiel...et à abandonner les autres au profit des pays concurrents ! Au nom d'une telle loi, la France par exemple sacrifierait son agriculture (estimée moins rentable que celle de l'Inde, du Brésil, de l'Argentine ou de l'Australie, voire des Etats-Unis selon les secteurs concernés !) pour se spécialiser dans la recherche et les produits de haute technologie...et abandonner à leur triste sort les campagnes et 10% de la population active du secteur  agricole et aro-alimentaire !  Qui serait assez  fou pour accepter un tel Diktat économique ! 
Derrière l'application aveugle de la "rationalité" économique, le diable ou la démence ne sont pas loin et ceci pour une raison fort simple que l'auteur, en homme de sciences, nous rappelle :
On ne peut confondre une science véritable étudiant des mécanismes qui s'imposent à nous via les lois  de la Nature et une science approximative étudiant des mécanismes  qui dépendent, pour une bonne partie, de nous et de nos comportements  tant individuels que collectifs.
Nul doute pourtant que les méthodes scientifiques et les moyens mathématiques soient utiles dans l'étude et la modélisation des échanges économiques...mais à la condition impérieuse d'adopter des hypothèses restrictives et des critères de choix transparents socialement acceptables. Pour illustrer son propos, l'auteur établit l'analogie entre le concept fondamental de "valeur" de la théorie économique et le concept de "QI" pour mesurer l'intelligence humaine.
La mise en application des principes de l'économie libérale a déjà montré, en de multiples occasions,  les ravages qu'ils pouvaient causer. On n'en prendra pour exemple récent que la ruine partielle de l'agriculture mexicaine (la culture du maïs notamment) suite à l'entrée en vigueur de l'ALENA (accord de libre-échange entre les pays d'Amérique du Nord et du Centre) qui a permis l'entrée en force du maïs américain au Mexique avec en conséquence la ruine de cette culture locale et la dépendance de ce pays aux  importations alimentaires et donc aux fluctuations des prix mondiaux ...ce qui a abouti aux  émeutes de la faim (les fameuses émeutes dites de la "tortilla") lors de l'explosion des cours mondiaux en 2008 !


Dans les relations inter-Etats, le bilan d'un économisme non régulé ne peut en aucune manière être considéré comme positif. Productivisme et compétition exacerbés ne peuvent conduire qu'aux gaspillages des ressources non renouvelables, aux rapports de force, à l'augmentation des tensions inter-Etats ou inter-continents, au creusement des écarts de niveau de vie entre pays développés et pays sous-développés voire au pillage de ces derniers par les sociétés multinationales dont le rôle économique est bien plus important que celui de nombreux Etats nationaux. Il n'y a pas de "main invisible" pour organiser harmonieusement les échanges économiques mondiaux pour la satisfaction de tous. Il n'y a que confrontation brutale et implacable.
Penser le contraire, c'est tout simplement un retour aux mythes de nos ancêtres !
Au sein d'une société nationale, ce bilan est tout aussi négatif. L'application brutale des règles de rationalité économique ne peut qu'accentuer les inégalités entre les citoyens, favoriser les forts (les nantis, les méritants, les bien éduqués, les intelligents ou simplement les chanceux) au dépens des faibles dans un climat de compétition et de "challenge" permanent, la logique du gagnant ne pouvant aboutir qu'à l'échec final de tous. Tout se passe comme si la logique économique agissait sur les individus comme une drogue dont il faut prendre des doses de plus en plus fortes pour trouver plaisir et satisfaction. Son cynisme aboutit à subordonner le droit au logement à la rentabilité des investisseurs immobiliers, à gérer l'activité par le chômage et l'exclusion via le concept de la crise permanente et du leurre de la course à la croissance qui permettrait le plein-emploi.
Vis-à-vis du tiers-monde, l'économisme, comme tout intégrisme, fait du prosélytisme : Faites comme nous, clament les Etats développés ! Adoptez nos principes et nos lois et vous pourrez prétendre à notre niveau de vie !
Ce qui est  tout bonnement une forfaiture, la planète ne pouvant supporter une population de 6 milliards (bientôt 10) bénéficiant des standards de consommation des citoyens occidentaux ! Selon les calculs d'experts, elle n'en supporterait même pas un petit  milliard !
Quant à faire émigrer une partie de la population humaine sur une autre planète, cela restera toujours du domaine du "rêve cosmique" au vu de l'énormité des distances et des lois (certaines et vérifiées celles-là) de la physique !

Alors ? Vers quoi se tourner si cette fameuse science économique aveuglèment appliquée ne peut  que nous conduire à la guerre économique généralisée, au retour de la barbarie et à la catastrophe planétaire ?

Albert Jacquard dans son livre nous indique quelques pistes qui feront l'objet d'un autre article.




Source :   "J'accuse l'économie triomphante"  d'Albert Jacquard.  - 1995
                   Edition "Le livre de poche"


Repost 0
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 14:14


La patroj de la Eŭropo konceptis belegan projekton de eŭropa Kuniĝo en kiu la neeviteblaj ekonomiaj kaj politikaj pezecoj produktitaj per jarcentoj de konfliktoj kaj influobataloj inter la Ŝtatoj iam forviŝiĝis antaŭ la impeto de la popopoj al vera eŭropa solidareco kaj fuzio de la lokaj naciismoj en grandan apartanecan senton por ilia komuna interspaco.


Fakte bela kaj belega projekto kunigi la eŭropajn popolojn en grandan organizon kies estus por ĉiam forpelitaj batalo kaj ŝtata rega serĉado sed kiu malfeliĉe ŝajnas kondamni longtempe al nur resti sonĝon. Krome la eŭropaj civitanoj ne eraras pri tio kaj sia neamemo por Eŭropo eble estas unue la esprimon de rompita sonĝo forte de esti bastardigita, repelita, mildigita kaj eĉ perfidita per tiu eŭropa Komisio, kiu sciis nur sendi pri si teknokratian, reglamentan, neutile nediskuteblan, ordoneman kaj pedantan imagon sed ankaŭ per la egoismoj de la Ŝtatoj pli inklinantaj al akaparado kaj batalo kontraŭ la supozitaj hegemonideziroj de la aliaj Ŝtatoj kaj eĉ al uzi la eŭropan Organizon kiel propreka virkapro por iliaj malfacilaĵoj plivole, ke organizi unu veran solidaran projekton.


SOLIDARECO, jen estas la vortego ! Tiu sento sendube estas plimulta en la kapo de la eŭropaj landanoj....sed malfeliĉe malplimulta en la konduto de la Ŝtatoj !
Estas rekonende, ke la unua dika ŝiro al tiu solidareca sento estis....la enveno de Britujo en la komunan merkaton ! La generalo De Gaulle firme kontraŭis, estiminte - kun justeco - ke la historie izoliĝema sinteno de tiu lando kaj liaj plej fortaj ligiloj kun Usono nur povus misvoji la Eŭropon el ĝia komenca projekto kaj konstitui faktoron de defirmigo de la eŭropa Unio. Finfine Britujo eniris en la EU-on sed sia popolo ĉiam estis kaj restis malinklina pri la eŭropa projekto kaj la politikaj estroj ĉiamaniere agis por imponi sian vidmanieron de eŭropa liberinterŝanĝado, malfermita de ĉiuj ventoj kaj de la plej larĝa konkurenco.

Kuntempe kaj helpaportinte de neĉesaj interŝtataj kveleroj kaj ankaŭ de la granda usona influo , tiu vidmaniero de liberinterŝanĝema Eŭropo tiutempe ŝajnas dispartigita de la plimulto da Ŝtatoj kies la nombro intertempe aproksimas la tridekon kun la enveno de la centreuxropaj pli inklinaj al la usona militprotekto - por sekurecaj kialoj, kiujn oni povas facile kompreni kaŭze de ilia proksima estinto malantaŭ la sovjeta "ferokortino" ! - ol la eŭropa solidareco.

Du neakordigeblaj pozicioj hodiaŭ staras kontraŭ unu la alia :

Unu, solidareca vizio, kiu nur povus trovi sian esprimon tra federala Eŭropo (kun organizo de siajn Ŝtatoj same kiel la usona organizo, tio estas federala registaro, federalaj leĝoj kaj federala signifa budĝeto) kun la kapablo rapide evoluciigi la malsamajn Ŝtatoj al eĉ kruda harmoniĝo de la fiskaj kaj ĉefe sociaj reguloj por notinde malpliigi tiun faman intrakomunecan "dumpingo" , ligitan de malsamaj ŝtataj politikoj pri laborpagoj, pensioj kaj sociaj laboristaj rajtoj. Certe estas hodiaŭ nur spiritvidado ! Niaj registaroj el iu ajn lando ne estas pretaj pri tio kaj eĉ ne estas asekurita, ke la popoloj, tuj konsultitaj, akceptus tiu projekton, ĉiajspecaj demagogistoj estas diligentiĝontaj por elmontri la  naciosuicidan "frenezon" de tiu afero !

Por konvinki sin je la traveturenda vojo, simple necesas kompari la nunan eŭropan budĝeton (1% "PIB" de la kompleta Eŭropo) kaj la usonan federalan (20% "PIB" de ĉiuj usonaj Ŝtatoj)  !!!!

La alia vizio, pensigita de la anglosaksa mondo, nur vidas en la enproksimiĝo de la eŭropaj popoloj la okazon de grandega merkato (proksimume la kvarono de la tutmonda merkato), de komerca spaco sen ŝtataj, doganaj, reglamentaj devigoj, kun minimumo da reguligaĵoj kaj permesanta la disvastiĝon de liberala ekonomio. Kun iliaj disvolviĝdeziroj, la novaj EU-enirantaj landoj inklinas al liberinterŝanĝaj argumentoj pro la simpla kialo, ke siaj ekonomiaj reguloj (instigo de la eksteraj investoj, fiskeco, laborkosto, ktp...) donas al ili senduban konkuradan avantaĝon kontraŭ la grandaj fondintaj landoj (Francujo, Germanujo, Italujo), kiuj havas plifortajn sociajn devigojn. Eĉ Germanujo, ekde iom da tempo, privilegias siajn konkuradokaplabecojn kontraŭ sia eŭropa solidareco.

Unu strete unigita Eŭropo per federalaj ligiloj ne evidente estas ŝatita de ĉiu !
Komencante per la deklinanta usona hiperpotenco, kiu vidus ekaperi ekonomian konkurencorganizon tiom gravan kiom ĝi mem. Ekde jardekoj , unu el plej prioritataj aksoj de la usona diplomataro do estas frakcii la eŭropon, kuraĝigi en ĝi pliakriĝojn kaj kontraŭiĝojn, puŝi al maksimuma plivastigo (Turkujo kaj - kial ne - Ukrainio, Moldavio aux Bjelorusio por tiuflanke inciteti la rusian urson kaj plialtigi la regionaj akriĝojn) por dilui la eŭropan ideon, kontraŭigi la "maljunan" kaj la "junan" Eŭropon kiel okazis dum la starto de la iraka batalo, malpermesi la formadon de eŭropa defendo oponante la NATO-n, kontrakti diskriminaciajn akordojn kun tia Ŝtato-membro kaj ne kun alia, ktp......Tia usona konduto daŭrigas plu dum la mandato de la nova prezidento Obama ? Naive estus kredi, ke tiu nova prezidento uzu inversan vojon al konstanta kaj plurjardeka diplomatara strategio !

Tiu federala Eŭropo ne ŝatas pli Britujon, kiu ankoraŭ karesas la esperon de internacia rolo, signifa eĉ ne originala subombre de la usona fratego (tio, kio ne estas plej glora por la britina orgojlo, kiu ŝajnas kontentiĝi pri tio !) kaj hororglaciĝas - ĝi, kiu elpasintempe superis la tutan mondon - per la ideo perdi sian gloran identecon ensolvante en la eŭropan solvujon !

Tiu federala Eŭropo ne ŝatas pli tiujn ĉiujn partiojn, kuj prezentiĝas kiel "naciaj", tiujn nostalgiajn suverenismuloj pro la "grandeco" kaj la nacia "suvereneco" (politika tutpreterpasita nocio epoke de tutmondiĝo) , kiujn oni povas renkontri en la plimulton de la Ŝtato-membroj de la Euxropo.


Nu, tiu fundamenta eŭropa kontraaŭdiro, kia forto aux kia okazo permesos supereltari ĝin se tiom eble estus ?

La optimismuloj pensas, ke la ekstrema graveco de la nuna krizo kaj siaj sendube sociaj katastrofaj plilongigoj estas trudontaj la pordojn de la egoismoj kaj de la malgrandaj naciaj kalkuloj kaj devigi la eŭropajn registarojn adopti kazaŭfederalajn rimedojn por normaligi kaj akordiĝi financaj kaj ekonomiaj reguloj, kiuj malfermos la vojon al la federalismo kaj al la konverĝado de la sociaj reguloj inter la europaj Sxtatoj.


Se tio povus esti unu el la rezultoj de tiu terura tutmonda krizo, kiun ni estas vivantaj, la eŭropa integrigo estus farinta unu grandan paŝon, plensume kaj proksime neesperatan, kaj povus koni plibonan futuron !



Repost 0
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 12:34

Les pères de l'Europe avaient conçu un magnifique projet d'Union Européenne au sein de laquelle les inévitables pesanteurs économiques et politiques générées par des siècles de conflits et de luttes d'influence entre Etats s'effaceraient un jour devant l'élan des peuples vers une véritable solidarité européenne et une fusion des nationalismes locaux dans un grand sentiment d'appartenance à leur espace commun.

Beau et magnifique projet en effet que de rassembler les peuples européens dans une grande entité dont seraient à jamais bannies guerre et recherche de domination d'un Etat sur les autres mais qui malheureusement semble condamner pour longtemps encore à ne rester qu'un rêve. Les citoyens européens d'ailleurs ne s'y trompent pas et leur désamour d'Europe est sans doute d'abord et avant tout l'expression d'un rêve brisé à force d'être abâtardi, repoussé, édulcoré voire trahi à la fois par cette Commission Européenne qui n'a su transmettre d'elle qu'une image technocratique, réglementaire, inutilement péremptoire, autoritaire et tâtillonne mais aussi par les égoïsmes des Etats plus enclins à se tirer la couverture et à combattre les supposées tentations hégémoniques des autres voire à instrumentaliser l'Europe comme bouc émissaire de leurs difficultés plutôt qu'à mettre en oeuvre un véritable projet solidaire.

Solidarité, voilà le grand mot. Ce sentiment est sans doute majoritaire dans l'esprit des européens...mais malheureusement minoritaire dans le comportement des Etats !.
Force est de reconnaître que le premier gros "accroc" à ce sentiment de solidarité fut ...l'entrée de la Grande Bretagne dans le Marché commun ! Le Général de Gaulle s'y était fermement opposé, estimant - avec justesse - que l'attitude historiquement isolationniste de ce pays et ses liens extrêmement forts avec les Etats-Unis ne pourraient que détourner l'Europe de son projet initial et constituer un facteur de déstabilisation de l'Union. La Grande-Bretagne a fini par entrer dans l'UE mais sa population est toujours restée hostile au projet et ses dirigeants ont tout fait pour imposer leur vision d'une Europe-Zone de libre échange, ouverte à tous les vents et à la concurrence la plus large.
Avec le temps, les perpétuelles querelles inter-étatiques et l'influence américaine aidant, cette vision d'Europe libre-échangiste semble de nos jours partagée par la majorité des Etats dont le nombre entretemps approche la trentaine avec l'arrivée d'Etats d'Europe Centrale plus sensibles à la protection américaine - pour des raisons de sécurité que l'on peut aisèment comprendre au vu de leur proche passé derrière l'ex-rideau de fer -  qu'à la solidarité européenne !

Deux positions inconciliables se font donc aujourd'hui  face :

L'une solidaire qui ne pourrait trouver son expression concrète qu'à travers une Europe fédérale (avec une organisation des Etats analogue à celle des Etats-Unis d'Amérique, c'est-à-dire un gouvernement fédéral, des lois fédérales et un budget fédéral significatif) capable de faire rapidement progresser les différents Etats vers une harmonisation même grossière des politiques fiscales et surtout sociales afin notamment de réduire ce fameux "dumping" intra-communautaire, lié aux différentes politiques étatiques en matière de rémunérations, de retraites et de droits sociaux des travailleurs. C'est bien sûr, aujourd'hui une vue de l'esprit ! Nos gouvernants quelque soit le pays n'y sont pas prêts et il n'est même pas assuré que les populations, mises au pied du mur, en accepteraient le projet, des démagogues de tous poils s'empressant de leur démontrer la "folie" nationalement suicidaire d'une telle affaire !
Pour se convaincre du chemin à parcourir, il suffit simplement de comparer le budget actuel de l'UE (1% du PIB de l'ensemble des Etats) et le budget fédéral américain (20% du PIB de l'ensemble de leurs Etats) !!!

L'autre, d'inspiration anglo-saxonne, ne voit dans le rapprochement des peuples européens, que l'opportunité d'un vaste marché (près du quart du marché mondial), d'un espace de commerce sans contraintes étatiques, douanières, réglementaires, avec un minimum de régulations et permettant à une économie libérale d'exercer sa pleine mesure. Dans leur soif de développement, les nouveaux pays entrants dans l'Union sont sensibles aux arguments de libre-échange pour la simple raison que leurs règles de fonctionnement économique (incitation aux investissements extérieurs, fiscalité, coût du travail, ...) leur assurent un avantage compétitif indéniable sur les grands pays fondateurs (France, Allemagne et Italie) aux contraintes sociales plus exigeantes. Même l'Allemagne, depuis peu, privilégie sa compétitivité au dépens de la solidarité européenne.

Une Europe unie étroitement par des liens fédéraux forts n'est évidemment pas du goût de tout le monde !
A commencer par la déclinante hyper-puissance américaine qui verrait naître un concurrent aussi important qu'elle en matière économique. Depuis des décennies, l'un des axes prioritaires de la diplomatie américaine est donc de fractionner l'Europe, d'y encourager les tensions et les oppositions, de pousser à l'élargissement maximum (Turquie et pourquoi pas Ukraine, Moldavie et Biélorussie, histoire de taquiner l'ours russe et de faire monter les tensions de ce côté-là !) pour diluer l'idée européenne, de dresser la "vieille" europe contre la "nouvelle" comme ce fut le cas lors du déclenchement de la guerre d'Irak, d'empêcher la formation d'une défense européenne en lui opposant l'OTAN, de signer des accords discriminatoires avec tel Etat-membre plutôt que tel autre, etc....Cela continuera-t-il lors du mandat d'Obama ? Il serait naïf de croire que ce nouveau président prenne l'exact contrepied d'une constante et pluridécennale stratégie diplomatique !
Cette Europe fédérale n'est pas non plus du goût de la Grande Bretagne qui caresse encore l'espoir d'un rôle international sinon significatif du moins original à l'ombre du grand frère américain (ce qui n'est guère glorieux  pour l'orgueil britannique qui semble s'en contenter !) et se glace d'horreur - elle qui a dominé le monde à une époque maintenant révolue -  à l'idée de perdre sa glorieuse identité en se fondant dans le creuset européen !
Elle n'est pas non plus du goût de tous ces partis qui se disent "nationaux", de ces souverainistes nostalgiques de "grandeur" et de "souveraineté nationale" (notion politiquement dépassée aujourd'hui, à l'heure de la mondialisation), que l'on rencontre dans la plupart des pays membres de l'Union.

Alors, cette contradiction fondamentale de l'Europe, quelle force ou quel événement permettra-t-il de la dépasser si tant est que cela soit possible ?

Les optimistes pensent que l'extrême gravité de la crise actuelle et ses prolongements sans doute socialement catastrophiques vont forcer les portes des égoïsmes et des petits calculs nationaux et obliger les gouvernements européens à adopter des mesures de nature "fédérales" dans les domaines de la régulation et de l'harmonisation des règles financières et économiques, ce qui ouvrira la voie au fédéralisme et à la convergence des règles sociales dans les pays membres.

Si cela pouvait être l'un des résultats de cette terrible crise mondiale que nous vivons, l'intégration européenne aurait fait un grand pas, somme toute inespéré à court terme, et ne pourrait que mieux s'en porter dans le futur.

Repost 0
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 14:05


Eksterordinara kaj edifanta spektaklo, tiu emisio fresxdate presentita de la TVcxeno ARTE pri la unuaj jarcentoj de cxeesto de la kristana religio, entute batita super evento tiam malkonita de cxiuj en la romana imperio, tio estas la aperado, en izolflanka loko de la imperio, de galilea mesio predikanta novan legadon de la judaismo, poste kruconajlita per la romanoj, al instigo de la judaj religiaj estroj jxaluzaj pri sia auxtoritato, kiel  tumultresponculo kaj ribelkuragxigulo.
La du verkistoj de tiu emisio, antaux konitaj pri antauxaj rimarkindaj provoj, kunmetis unu kvindekon de tutmondaj ekspertoj, kiuj parolas lauxvice kaj mallonge por ilustri tian aspekton, tian doktrinpunkton, tian kontrauxdiron aux tian historiopcion kaj alportas al fascinita spektanto rarkapablecan prilumadon, frukto el multjara lernado de antikaj tekstoj.
Tio ne estas nature spektaklo por distrado aux amuzado. Ecx gxi postulas posedi kelkajn solidajn historiajn kaj religiajn sciojn por ne perdigxi en la ekspertaj komentoj.
Kiam oni estas en situacio estimi tian emision (tio estas la kazo de la modesta verkisto de tiu blogo, kiu longtempe interesigxas pri la Historio kaj kiu ricevis  - suferis estus pli ekzakte - relative intensan katolikan lernadon gxis la adoleskfino) oni ne povas ne fascinati pri la transsxovado, kiu eksistas inter la rezultoj de la moderna kritika analizo de la primitivaj tekstoj kaj tiu "unika vereco", tiu "unika penso", kiun la Eklezio, kun helpego de dogmoj kaj nediskuteblaj asertoj, imponis al pli da sesdek homaj generacioj....gxis la abrupta returnado de inklino dudekjarcentfine kaj la rapida forlaso de religia praktiko kaj pregxeja frekventado. Tuj kiam la morala kaj poste la sociala premo malgrandigis, tio estis la malbandagxo en la katolikaj vicoj, pruvo se necese de religio igxita pli formala kaj iamaniere pli institucia ol reale interna.

Fordonu ni al ludo - multe auxdaca - de rapida sintezo de la historia komenco. Gxi komencas kiel oni scias per evento, certe tiuepoke sensignifa, sed kiu estas prenonta  grandegajn proporciojn dum la sekvontaj jarcentoj gxis igxi la sxtata religio de la romana imperio sub la imperiestroj Konstantino (reala "Dio-sendita" laux la tiuepokaj kristanaj verkistoj sed kiu nur ricevis la bapton enmortolitigxe postvivinte plenkriman kaj sovagxecan monarkvivon ! Tio estas dirante la profundecon de la novaj religiaj konvinkoj de tiu ulo ! ) kaj Teodozo post relative korta regreso sub Juliano dirita la Apostato ( kiu preferis - oni senpene Komprendas lin - la imperiestra kulto, tio estas la kulto de sia propra persono ol la Krista kulto !)
Do galilea antauxdiristo ekvenas komence de la unua jarcento. Rikura fenomeno, preskaux banala tiuepoke. Regule estis iluminituloj, kiuj trapiediris la vojojn de Judio kaj Galileo, iom ekcitante nedresantan popolacxon kaj poste malbone cxesigante, kiam la romana soldataro kaptis ilin. Ekde la komenco, estis duboj kaj onidiroj pri la naskigxo de la nova antauxdiristo kaj la evangeliaj tekstoj mem indikis lin kiel la "filo de sia matrino", kio ne estis plej glora !
Normale estas ! diros pli tarde la ekzegezistoj cxar li naskigxis per "nemakulita koncipo". Sendube tre karisma mosxtulo, li mirigas la popolamasojn per sia radiado gxispunkte rapide konsideriti kiel la Mesio, kiun atendas Israelo, tiu kiu estas renovigonta la Regxolandon kaj forpelonta la okupantojn, programo krome, ke li neniam dementos dum sia tuta antauxdirado. Li ankaux korligigxas unu manplenon da fidelaj discxiploj ....sed kiuj estas kauxrkasxigxontaj momente de lia akuzigxo ekcepte la perfida Judaso kaj la unuo el la discxiploj Petro, kiu trifoje forneados. Jam estis vidita pli konstanta fideleco sed homa malforto estas pardonebla. Krome oni povas kredi , ke tiu manpleno da discxiploj nur estis iom dangxera por la romana  instanco cxar, laux la  evangelioj, neniu el la discxiploj estis poste arestita !
Okazas la gravega momento : La eltrovo de la malplena tombo per la virinoj, kiuj venis kiel kutime fari la mortintolavadon. Tre rapide estas ekaperonta la revivigxokredado kaj inkrustigxonta en la konvinko de la unuaj kunuloj. La Jesuo el Nazareto igxas la Kristo, filo de Dio kaj Dio mem. Li estos ekaperanta plurfoje por siaj discxiploj (speciale por Saulo, turmentisto de la unuaj kristanoj, en la Damasovojo) antaux plialtigxi al cxielo - oni povas retrovi tie unu antikvan judan kredon pri la Justanoj kiel Moseo, Helio kaj ceteraj.....
Jen do estas instalita la bazan dogmon de la kristana fido. Dio igxis homo por savi la mondon kaj la revivigxo de Jesuo, sia filo igxita homo, estas la fundamenta pruvo. La apostolo Saulo, eksturmentisto de la kristanoj, naskigxita en Tarso (aktuala Turkujo) el juda farizea familio, tiu grandega propagandisto de la nova fido, kies instruado estas konita de ni per liaj multaj epistoloj skribitaj dum la 50-60 jaroj post Kristo kaj kiujn li sendis al la eklezioj kreitaj al la kvaranguloj de la romana imperio, konfirmos gxin per sia unua epistolo al la korintanoj : 
 " Kaj se Kristo ne estas revivigxita, do estas vana nia instruado kaj antaux vana estas via fido"
Kiel pruvo de tiu revivigxo, li detale elnomas en la sama epistolo la malsamajn vidintojn - kies si mem - al kiuj Kristo ekaperis post sia entombigxo. Oni ne povas esti pli klara kaj tiu fama Saulo el Tarso, li devus fortege esti konvinkita por lasi sian komfortan kaj honorindan farizean posicion tiel turmentisto de kristanoj kaj efektivigi sian vastegan predikoverkon meze de embuskoj, akuzoj, kritikoj kaj mistrakoj el aliaj ortodoksaj judoj, elcxerpantaj vojagxoj, sxippereoj, enprizonigoj kej fine la martirigxo ! Sen Saulo la kristanismo estus probable restita malgrandan varianton de la juda religio, unue destinita al judoj kaj nur tre malrapide kaj  timide propagigxus inter la judaj medioj de la najbaraj provincoj kaj versxajne neniam estus trafinta la centron mem de la romana imperio.
Jen ekaperas la unua kontrauxdirado kaj gxi estas enorma : Cxu tiu nova religio estas destinata de cxiuj, judaj kiel nejudaj aux nur estas reservata al la filoj de Israelo ? Kelkaj apostoloj (notinde Jakobo, la frato de Jesuo) subtenis la juda diferencigo, aliaj (kies Saulo esence) subtenas la malfermon al nejuda mondo. Ne facile akordigxi ! Sed nur estas la komenco de la kontrauxdiradoj ! Pridoktrine, cxio estas eliranta cxiudirekte, cxiu loka eklesio montranta siajn preferojn kaj sian malsimilecon. Kaj unue cxu tiu fama anoncita regxolando estas surtera aux nur cxiela ? La problemo estas, ke Kristo mem kaj siaj apostoloj kredis je la tujeco de la mondfino kaj la renaskigxo de la israela regxolando super la cindroj de la malnova mondo ! Dum la sesaj jaroj, kun la premio de la juda ribelo per Tituso kaj la destruado de la templo de Jerusalemo, malaperas la espero !
La kontrauxdiradoj estas dauxrigontaj plue dum la unuaj jarcentoj kun cxiajinklinaj skribajxoj (notinde la apokrifaj evangelioj kaj cxiuj gnostikaj skribajxoj) kaj naskigxantaj herezoj, kiuj cxefe koncernas la ekzakta naturo de Kristo (Dio mem, filo de Dio, homo-Dio, Dio-homo, ...) . La ekleziaj patroj havos enorman malfacilecon (kelkaj el ili estos mem konsiderataj kiel herezaj !) por elsxovi el literatura fatraso "corpuso" de tekstoj (nomita "Kanono"), kiu korespondis je la "vera fido" kun la tuta arbitreco de tia ago ! Multe pli tarde, la papo mem devos deklarigxi "neerarema" por malpermesi, ke la centrifugaj inklinoj denove triumfu !
Kiam finfine la kristianismo atingos al oficiala statuto de imperia religio dum la kvara jarcento sub Diokletiano, tiu cxi devos kunvoki la faman koncilion de Niceo pro provi (vane aliparte) enordigi la kristanan doktrinon sen cxesigi la multajn kontrauxdiradoj. Ankoraux necesitos multajn konsiliojn antaux, ke la aferoj normigxadu (ofte per la kondamno aux mem la eliminado de la "deviintoj" !) kaj fiksigxu la tempa organizo de la Eklezio !
Intertempe kun la subteno de la imperia instanco, ekde persekutita la nova religio igxis persekutanta por cxio, kio estis fremda el gxi. Inter siaj propraj vicoj, gxi sercxadis cxiajn deviismojn ....dum jarcentoj per krimoj kaj masakroj.
Reprenante unu faman frazon de la pastro Loisy, kiu estis ekskomunikita pri gxi :
        "Jesuo estis anuncinta la regxlando de Dio kaj estas la Eklezio , kiu alvenis"

Eklezio rapide perversigita de potenco-kaj-monoenvio, de superema netolereco, de trostretaj ligoj kun la potenculoj, de potencobataloj, ktp.....
Tamen oni devas krediti gxin por ofte mildigprovi la krudajn moroj de la malnovaj jarcentoj kaj protekti la humilulojn malgraux la teruraj devojigadoj dum ekzemple la amerikaj koloniigoj kaj pliproksime el ni dum la hispana milito kiam unu el gxiaj prelatoj benis kanonon "sur kies detruajxoj flori la evangelio povus" ! aldirinte al la frankista flatado plena indiferenteco por la homa suferado.




Repost 0
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 14:05



Les évènements actuels et ceux à venir tout au long de cette triste année que sera 2009 sont un sujet de profonde réflexion pour les économistes et les conseillers des dirigeants politiques. Il apparaît évident à pratiquement tous que le fonctionnement du capitalisme financier est à revoir de fond en comble et que les Etats et les Banques centrales doivent y exercer un contrôle des plus vigilants afin d'éviter le retour des folies bancaires de ces dernières années dont la motivation essentielle était le simple appât du gain sans souci d'aucune autre considération.
Tous semblent également conscients que le système mondial de l'économie de marché et donc du capitalisme ne peut poursuivre ainsi sa course folle actuelle et qu'une fantastique occasion se présente, à travers la grande crise que nous vivons, de remise à plat de ses principes de fonctionnement.
Avant d'aller plus loin, tordons le cou une dernière fois à l'illusion de ce que l'on appellera une économie de marché sans capitalisme ou une économie socialiste de marché. Le capitalisme est partout et des masses faramineuses de capitaux s'échangent quotidiennement à travers le monde par simple clic sur un clavier d'ordinateur. Le nier est une stupidité. Le domestiquer est devenu une priorité.

Quels seraient les grands principes de base d'une refondation du capitalisme ? Pour répondre ou tenter de répondre à une telle question il semble pertinent de lister d'abord tout ce qui ne va pas et tout ce que l'on peut lui reprocher.
Voyons d'abord les aspects macro-économiques. Qu'observe-t-on ?
                - un grand déséquilibre des échanges intercontinentaux de marchandises (en particulier Amérique-Asie). Les Etats-Unis étant depuis de nombreuses années voire des décennies le "consommateur de dernier recours" sur qui reposent les exportations des grands pays émergents (Chine notamment)
               - un déséquilibre parallèle mais dans l'autre sens des flux financiers, les surplus générés par les exportations et la rente pétrolière se plaçant en grande partie dans les Bons du trésor US, autrement dit finançant la dette des Etats-Unis ou dans des fonds spéculatifs particulièrement actifs aux Etats-Unis et sur la place de Londres ( même si des fonds "souverains" sont récemment apparus dans des pays au solde financier positif)
               - une monnaie nationale (le $ américain), à la stabilité très aléatoire, désignée comme seule monnaie de réserve mondiale (même si elle est très partiellement secondée par l'€). Ce privilège vieux d'un demi-siècle (accords de Bretton-Woods)  semble aujourd'hui disproportionné et ne peut que générer des risques importants d'instabilité alors que l'économie américaine est fragilisée par des déficits commerciaux abyssaux et que sa part dans l'économie mondiale a fortement régressé.
               - un tiers-monde étranglé dès que la spéculation mondiale se porte sur les denrées alimentaires ou l'énergie fossile sans que les organismes transnationaux (Banque mondiale, FMI,...) aient la puissance ou la volonté nécessaire pour les assister efficacement.
              - les économies dynamiques des pays émergents essentiellement tournées vers l'exportation ( la Chine devenue l'atelier du monde) au détriment de leurs propres infrastructures et de leurs marchés nationaux. 
              - un pouvoir de décision aux mains des pays développés du Nord (grâce à une sur-représentation basée sur la puissance économique) dans les organismes économiques ou financiers mondiaux.
             - une économie souterraine florissante (plusieurs points du PIB mondial) encouragée par des paradis fiscaux qui détournent d'importantes ressources nécessaires aux Etats (via l'impôt) et encouragent les réseaux mafieux et criminels.
             - une organisation du commerce internationale (OMC), sous l'emprise des égoïsmes nationaux,  plus soucieuse de libéralisation systématique des échanges que des équilibres inter-continentaux et de promotion locale des ressources alimentaires.
             - une corruption généralisée dans de nombreux pays pauvres ou émergents entraînant un énorme gâchis de ressources primaires (forêts notamment) illégalement exploitées, une confiscation de la richesse nationale par les dirigeants et un blocage de l'éducation et du développement économique.

Voyons ensuite les aspects environnements et sociaux. Que constate-t-on ?


             - une prise de conscience insuffisante des risques environnementaux voire un cynisme pragmatique de la part des grands pays émergents (le groupe BRIC notamment) mais aussi des Etats-Unis même si la nouvelle présidence Obama semble choisir une autre voie. L'Europe constituant le bon exemple à suivre. Des efforts énormes et concertés seront nécessaires dans les économies d'énergie et de matières premières, le piègeage du CO2, les énergies renouvelables ou le recyclage des déchets avec instauration souhaitable d'une éco-taxe pénalisant les comportements irresponsables.


             - une dégradation sensible de l'environnement concernant notamment le recul rapide des forêts tropicales abusivement exploitées par manque de contrôle ou complaisance étatique, la pollution des mers et la contraction de la diversité biologique.

           - une gestion trop financière des entreprises priorisant le profit à court terme (satisfaction des hauts rendements exigés par les fonds spéculatifs et les fonds de pension) au détriment du long terme, du personnel devenu la variable d'ajustement des profits et de tout comportement responsable sur les plans sociaux, civiques et environnementaux. 

            - un partage des revenus favorisant par trop le capital et les grands dirigeants au détriment du travail et de la participation du personnel. Résultat d'une trop grande liberté d'action laissée aux dirigeants naturellement enclins à pratiquer entre eux la cooptation et le renvoi de services par manque de coordination des actionnaires et notamment des petits.


           - une protection souvent insuffisante du personnel (notamment les enfants) dans le domaine de la rémunération, de la santé, des horaires et de la retraite dans les pays émergents ou en développement entraînant des distorsions de concurrence qui sont l'une des plaies de la mondialisation.

Chacun constatera que cette  liste non exhaustive des défauts et insuffisances du système économique mondial actuel est fort longue et propre à décourager les meilleures bonnes volontés ! 
Il ne sera possible d'avancer vers un système meilleur qu'à base d'incitations très fortes des facteurs favorables tout en décourageant les facteurs défavorables.
Une première analyse de cette liste montre assez clairement que l'essentiel des difficultés est lié aux déséquilibres mondiaux et à l'incapacité du système à gérer et protéger les Biens publics mondiaux, c'est-à-dire ceux découlant du patrimoine global de l'humanité (et non de telle ou telle nation). Ceci nous amène à la conclusion qu'il faut commencer par le commencement à savoir réformer le SRM (système de réserve mondial) - sujet déjà traité sur ce blog en mai et juin 2007 - en reprenant la solution de KEYNES, remarquable par sa simplicité et consistant à émettre une monnaie fiduciaire nouvelle qui servirait de monnaie de réserve. Voilà le premier changement fondamental à opérer, seul apte à terme à corriger les déséquilibres des flux financiers et marchands et donner asile aux énormes capitaux flottants de part le monde à la recherche de placement (en décourageant en parallèle les placements purement spéculatifs et en supprimant les paradis fiscaux).
En suivant les préconisations de l'économiste et prix Nobel Stiglitz - Voir livre : Un autre monde - les émissions annuelles en Nouvelle Unité de Compte (qui pourraient être d'un montant équivalent à 500 Milliards de $) permettraient de financer les déficits commerciaux mais aussi la préservation et le développement des Biens Publics Mondiaux (santé, recherche médicale, recherche fondamentale, environnement, protection des populations fragilisées ou menacées, reboisement des zones désertiques ou des forêts sur-exploitées, biodiversité, océans, ...) et enfin financer prioritairement les économies des pays pauvres (santé, éducation, infrastructures, agriculture, industrie,....)
Le deuxième changement fondamental concerne l'évolution du comportement des acteurs économiques vers plus de responsabilité sociale, civique et environnementale.
Là, il faut se garder de tout angélisme ou de prêcher la vertu ! L'homme étant ce qu'il est, ce n'est qu'au moyen de fortes incitations (fiscales, législatives) associées à de fortes pénalisations dissuasives et à une coopération internationale vigilante que ce comportement pourra évoluer.


Dans ce domaine, on n'a encore rien inventé de mieux que la carotte et le bâton !



Source : "Un autre monde" de Joseph STIGLITZ


 
           

Repost 0
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 08:53


Il y a de quoi perdre son calme à voir frétiller dans les médias complices (car il est toujours de bon ton pour un animateur d'émisssion TV d'avoir l'esprit à gauche et d'être du côté de la France qui souffre ! Cela permet de faire oublier que l'on est soi-même un privilégié du système avec des revenus bien plus élevés que ceux de la plupart des petits patrons que l'on désigne à la vindicte populaire !) tous les adversaires de l'économie libérale ou néo-libérale, du capitalisme-exploiteur, tous ces grands pourfendeurs idéologiques restés au fond d'eux-mêmes fidèles à leur credo marxiste et à leurs vieilles lunes.
Puiser à grandes brassées dans l'angoissante actualité quotidienne sur fond de crise sociale pour ici justifier de revanchards discours et là tenter de faire oublier que l'on n'a pas de solution à proposer, c'est utiliser des procédés de batteurs d'estrade, se complaire dans des discours démagogiques irresponsables qui pousseront à coup sûr notre pays vers la décadence et l'appauvrissement général.
Bien forcés depuis la débâcle du monde communiste et la mise en évidence de son ineptie économique de mettre en sourdine leurs discours décalés er discrédités, ne les voilà-t-il pas, ces marxistes "historiques", ces trotskistes nostalgiques autant que "révolutionnaires"  qui reprennent du poil de la bête, réaffirmant détenir la vérité, d'être dans le sens de l'histoire, d'annoncer  - le sourire tromphant - le quasi-écroulement du capitalisme, de condamner le sauvetage des banques et ainsi mieux scier la dernière branche qui nous retient au-dessus du gouffre ! ... Bref, qu'il est grand temps de leur confier les manettes pour que le bon peuple ne souffre plus du cynisme des puissants et pour organiser un monde meilleur et plus juste !

Le bon peuple, cet amnésique historique, se laissera-t-il prendre à de tels discours ? Hélas, on peut le craindre dans la confusion actuelle des esprits et l'opprobe générale qui couvre les délirants abus du capitalisme financier. Devant l'outrecuidance du personnel politique de gauche qui n'a jamais su ni gérer ni générer la prospérité sauf quand celle-ci lui tombait tout droit dans le bec à la faveur d'une période économique favorable et sans qu'il n'y soit pour grand'chose (ce qui ne l'empêchait pas par la suite de se prévaloir de beaux taux de croîssance et de création d'emplois !), le personnel gouvernemental semble pris de vertige devant les catastrophes actuelles et à venir qui minent tout son travail de réforme.
Combien de temps faudra-t-il pour stabiliser l'économie puis reprendre la marche en avant ? Les optimistes disent un bon semestre, les raisonnables parlent d'une année et les pessimistes de deux ans. Si cette crise doît avoir un bienfait, ce sera celui d'avoir permis de mesurer - en vraie grandeur - les risques de la dérégulation des marchés financiers et de leur découplage d'avec l'économie réelle. Espérons que la leçon sera retenue !
La solution immédiate est de rétablir les flux financiers et l'indispensable confiance des acteurs publics et privés. Seuls les Etats et les banques centrales possèdent la "puissance de feu" suffisante. il leur faut donc intervenir massivement et en même temps prendre le contrôle des opérations financières là où cela s'avère nécessaire pour débloquer le système. Il semble qu'il y ait une prise de conscience générale du besoin et de la nécessité d'une bonne coordination entre Etats même si certains dirigeants ont une préférence marquée pour leur petite musique. A terme restera à refonder le Capitalisme sur des bases plus saines, plus éologiques et plus sociales et à construire de nouveaux équilibres inter-continentaux pour un monde plus stable.

Au vu d'une telle catastrophe, faut-il se débarrasser de l'économie de marché et de sa super-structure, la fonction capitaliste ?
Ce serait, bien sûr, de la dernière stupidité ! Et d'ailleurs, le voudrait-on vraiment que cela serait impossible !
Allez donc expliquer aux chinois qu'ils ont tout faux et qu'il leur faut revenir au temps de Mao et du Grand Bon en avant ? Ils auraient tôt fait de vous enfermer dans un hôpital psychiatrique ou dans un de ces camps de rééducation dont ils ont le secret !
Il n'y a que des esprits fumeux occidentaux et particulièrement chez nous en France, bien installés dans leur confort quotidien, qui puissent nourrir de telles idées, du genre inventer une "société anti-capitaliste" (on se demande encore ce que cela peut bien vouloir dire !), et tenter de les répandre à coup d'arguments démagogiques, de prétendue "justice sociale", d'égalitarisme absolue (notion abstraite et totalement irréaliste), de dénonciation des riches, des banques, des spéculateurs, des patrons (petits et grands) et des "super-profits" capitalistiques !

Ces mêmes esprits fumeux aimeraient bien que le bon peuple oublie les épouvantables dégâts engendrés par les sociétés totalitaires collectivistes du 20ème siècle ! De telles ignominies ne se reproduiront plus, clament-ils, la main sur le coeur.
Ben voyons ! Les mêmes causes causant les mêmes effets, remettre entre les mains de l'Etat tous les pouvoirs (politiques, sociaux, économiques, culturels,...) aboutirait rapidement à la confiscation de la liberté individuelle, au "formattage" des esprits, à la chasse aux "déviants" (comprendre les "ennemis du peuple"), à la fuite des forces vives de la nation et à recréer l'équivalent des monstres étatiques qui ont sévi au siècle précédent.
Ne pas croire cela serait faire preuve d'un irréalisme désespérant !
Ce que l'on vient de voir concerne les conséquences politiques de la collectivisation. Voyons maintenant les conséquences proprement économiques :
La chute du mur de Berlin en fin 1989 et les temps qui ont suivi ont donné au monde une formidable leçon pratique en permettant d'examiner le bilan des systèmes économiques d'Europe de l'Est.
Deux constatations extraites de l'économie d'Allemagne de l'Est, censée être la plus "performante" des économies socialistes, sont édifiantes :
          - La productivité de la main-d'oeuvre est-allemande était trois fois plus basse que celle d'Allemagne de l'Ouest.
          - 40 pour cent des entreprises est-allemandes étaient obsolètes selon les critères occidentaux.

Les causes d'une telle contre-performance sont bien connues des économistes. On les résumera brièvement ci-dessous :
         - Pas de concurrence sur le marché national donc pas d'incitation à l'innovation et pas de destruction créatrice (principe de Schumpeter) avec en conséquence l'obsolescence rapide de l'outil de production.
         - Blocage de l'initiative personnelle au profit de la volonté collective. On remplace les entrepreneurs par des fonctionnaires.
         - La planification centrale servant le bien commun est un principe faux et sclérosant pour l'économie. 
Cette planification central aussi sophistiquée, fine et intelligente soit-elle va, en effet :
         - bloquer le dynamisme naturel de l'économie de marché (échange de biens et de services sur base d'une réelle concurrence)
         - supprimer les signaux immédiats de variations de prix (indiquant une distorsion de concurrence ou un déséquilibre offre/demande) puisque les prix sont décidés en haut lieu et bloqués.
         - inciter les responsables de production à fausser leurs résultats puisqu'il n'y a pas de sanction par le marché.
         - encourager une production à tout-va pour satisfaire les normes du plan au détriment de l'environnement, de la qualité des produits et des demandes des consommateurs
        - engendrer une pénurie de "bons produits" en même temps que d'énormes surplus d'invendus.
        - Appauvrir progressivement le pays obligé d'importer de plus en plus de produits de consommation alors que ses propres produits seraient invendables sur le marché mondial.
        - Faire fuir capitaux et investissements vers des cieux plus cléments et précipiter la délocalisation des entreprises étrangères.

On ajoutera enfin que dans l'économie ouverte et mondialisée que nous connaissons aujourd'hui, vouloir mettre en place un programme de planification centralisée conduirait tout droit au désastre économique et à la paupérisation de l'ensemble de la population (exception faite des "apparatchiks" qui, eux, s'en sortiraient toujours !) en quelques brèves années. Les socialistes français s'y sont partiellement essayés dans les années 80 sous la première présidence Mitterrand et ont dû très vite faire machine arrière sous la pression des événements.


Repost 0

Présentation

  • : le blog pauledouard
  • : Blog d'intérêts variés concernant l'économie, la politique, l'histoire, l'Esperanto, les sciences, l'astronomie, les souvenirs
  • Contact

Profil

  • Pauledouard
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie

Recherche

Liens