Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 17:07



Remarque importante :
Cet article est la version en esperanto d'un article publié dans la Communauté
                                                                "Regards lucides sur le monde".

Grava rimarkigo :
Tiu artiklo estis elsendita kaj francaversie per la komunumo
                                               " Regards lucides sur le monde"




Ekde la Eŭropa Komisio nomumis en 2007 la rumana Leonardo Orban kiel nova komisaro por la eŭropa multlingvismo kaj, ke la laboroj kaj enketoj de tiu ĉi nur konfirmis - la malo estus miriginta ĉar por juna ekfunkcianta komisaro, kontraŭdiri siajn samrangulojn estas neimaginebla risko ! - antaŭajn direktivojn, kiuj ne brilas pro sia realismo !

Oni estas do daŭrigonta susteni, ke kun nekonfuzebla seriozo ĉiu eŭropaneto mastru du eŭropajn fremdajn lingvojn plie de sia materna lingvo, oni estas balotonta lingvasistajn korespondantajn budĝetojn por atingi tiun celon en ĉiu lando de la Unio....oni estas daŭrigonta elspezi riĉecojn por interpretistaj, tradukaj kaj presadaj kostojn kun la nebonaj rezultoj, kiujn oni konas, tio estas fuŝadministrado stimata de 20 miliardoj €, kiuj estus certe pli utilaj por esploradinvesto aux moderniĝado de la eŭropaj ekonomioj.

Rimarku ni tuj, ke por komuniki inter eŭropanoj ja necesos komunan lingvon elektita de ĉiuj ĉar, se ne, oni vidas malbone kiel franca-kaj-inglaparolanta denaska portugalo povus dialogi kun alemana-kaj-litovaparolanta denaska polujano !
Tuta ipokriteco aparte, bone vidiĝas, sen esti grandega akravidulo, ke tiu fama komunigita Trilingvismo estos rapide iĝanta Bilingvismo kun fortigo de la neegaleco inter eŭropaj nacioj. Ĝi estas efekte malfermonta enorman bulvardon por la plej tiutaga diskonita nacia lingvo en Eŭropo same kiel en la tuta mondo, kiu estos sisteme elektita de la gepatroj kaj de la lernantoj pro puraj utilitaĵaj motivoj : tio estas la angla aux pli ekzakte la angla-usona lingvo.

Tiu fama "lingva kaj kultura diverseco" tiam laŭdita de la altaj eŭropaj instancoj nur estas simple tromplogilo kaj la elekto de tiu Trilingvismo estas ĵetonta direkte kaj unugeneraciofine la eŭropajn landanarojn en  anglosaksan konfuzon kaj kulturan uniformecon, kies gravaj damaĝoj jam estas mezureblaj (sufiĉe estas por konvinciĝi de tio, konstati la fuŝskribadon de la franca lingvo en interretaj retsendaĵoj aux forumkomentaĵoj) en ĉiutaga vivado sed, ke nur povos plaĉegi la multajn kaj fanatikajn adeptojn en la tutaj niveloj de la civila socio de la ultra anglicismo, bone deciditaj por antaŭdiskreditigi kaj detrui tutan alian proponon.

Kial do tia blindiĝo pri plejparte saĝaj kaj cerbosanaj homoj ? Ĉu la angla lingvo kaj ĉiuj bonrealaj derivaĵoj estas la panaceo, ĉu konstituas reale la perfektan ilon por la tutmonda komunikado ?
Al tia demando, ĉiuj seriozaj homoj povas nur respondi : Ne !
Tiu lingvo, ŝajne simpla kaj facila, certe estas la plej diskonita sed perkoste de nekontrolebla evoluo kaj nenombreblaj leksikaj, semantikaj kaj gramatikaj diskurbiĝaĵoj, kiuj faras plejtempe aventurema kaj necerta ĝia interpretado laŭloke aux laŭ la denasko de la interparolantoj. Tiu lingvo posedas, simplamaniere, tri enormajn kaj basajn difektojn, kiuj faras ĝin tiom malfacila majstri por la neanglaparolantoj.

Unue, tro ampleksan vortotrezoron, rezultante de francaj-latinaj radikalportado (per la normanda invado en 1066) sen substituo sed aldono al originaj germanaj radikoj.
Sekve, nekoheran kaj neskribokonektitan fonetikon.
Finfine, sisteman multsemion (vortoj kaj vortgrupoj kun pluraj sencoj), kiun la tutmonda disvastigo nur povas ampleksigi.

Kial nu tia abdiko antaŭ fato, kiu ŝajnas al ili nerimedebla, tiam ke la Historio estas tie por nin montri, ke nenio estas nerimedebla en la vivado de la nacioj. Por tiu, kiu prenas iom da retro-iro, evidente ŝajnas, ke la aktuala angla-usona superregado nur estas konjunktura, ke sia influo progrese disvolviĝis dum la dudeka jarcento sekve de la usona ekonomia potenco-suprenirado (preninte la sekvon de la angla potenco) ĝis fariĝante la planetan super-potencon, en ĉiuj fakoj regantan (kaj interalie en kultura fako traktita kiel negocaĵo) kaj, kiu freŝdate ŝajnis superregenda ad vitam aeternam tiun suban mondon.

La enorma tutmonda aktuala kriso ekkomencita de la neprirespondeco de la usonaj financiaj establoj estas subfosonta multe da certecoj en la rilatoj inter nacioj kaj kontinentoj. Certe nun estas, ke la Usono, malsaniĝita de sia kolosa ŝuldigado kaj de sia fragiliĝita dolaro, perdinta la kontrolon de siaj financiaj kaj industriaj aktivoj kaptitaj de fremdaj fondoj, ne havos baldaŭ tioman asekuritan manon por aferkonduki en pli kaj pli multpolusa mondo.
Tia do estas superregado, kiu daŭrigis unu dikan duonjarcenton. Kia bela afero ! Aliaj antaŭaj faris multe plibone ! (la romana kaj greka mondoj ekzemple). Tiam ĉu ni devu atendi alian starigontan giganton kun siajn komunikad-kaj-vivnormoj ? ĉar se li estas plejforta, kial li konservus la lingvon de la venkita potenco ? Tio estus multe neprobabla unuecaĵo en la Historio !

Tamen unu realeca solvo ekzistas por Eŭropo, asociante :

                                   Materna lingvo  -  Esperanto -  Alia nacia lingvo

La esperanta lingvo, jam presentita per aliaj artikloj kaj konstruita, danke al ĝia raciema kaj logika konstruado, oferas la enorman avantaĝon ebligi seneraroriske la mensan ĝeneraligadon de la lingva lernado kaj tiel eviti la timeblan akumuladon de la scioj kaj refleksoj, kiujn necesas la majtreco de la nenombreblaj logikaj neregulecoj de nacia lingvo, jarcenta fina rezultato de ilo spertinta ĉiajn ŝanĝojn, influojn kaj deformiĝojn. Oni taksas, ke tiu alpropriga laboro de nacia lingvo korespondas al 90% de la plena lernadolaboro sen alporti ion en komunikadefikeco. Tiu ŝparado permesas al Esperanto multe pli rapidan alproprigadon (nur necesas 150 gxis 200 horoj por atingi mezan eksprimonivelon, komparante al 2.000 horoj de angla lernado kun la ĝenerale konstatata nebona nivelo enirante en la profesia vivo) ol ĉiu alia nacia lingvo. Aliaflanke, la esperantaj propedeŭtikaj kvalitoj estis pruvitaj okaze de la lernado de alia nova nacia lingvo. Finfine Esperanto, lingvo por ĉiuj sed proprieto de neniu, egaligas siajn interparolantojn por malstreĉata, senkompleksa kaj do pli profitdona interŝangxo.

La akcepkondiĉoj de la esperanta lingvo ne nun estas malfeliĉe kunigitaj ĉar la fortoj favore al angla monopolo estas ekstreme potencaj. Ili rilatas kun la civila povo , la socia rango, la ekonomiaj interesoj sed ankaŭ kun tiom influenzaj faktoroj kiel la modo aux la snobismo. Aliaflanke tiuj fortoj asociiĝis kun la ideologa refuzo venante de la elitaroj faktmalestime konsideri la esperantan kiel plenapartan lingvon.

Feliĉe, kiel diris la presidento Lincoln, oni povas kaŝi partverecon al partlandanaro dum parttempo sed oni ne povas kaŝi la plenan verecon al tuta landanaro plentempe ! Konsciencpreno povas do interveni neatenditamaniere kaj unufoje la konsciencpreno efektivigita, la aferoj povas iri tre rapide !

Tio estas, kion oni povas plejbone deziri por nia kara malnova Euxropo !

 


Repost 0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 15:14

 

 

Une bonne dizaine d'années après sa création en fanfare au milieu des déclarations enthousiastes et volontaristes des hommes politiques européens, les travers de la monnaie unique nous reviennent dans la figure avec une violence décuplée par la crise économique mondiale, elle-même résultat des comportements surréalistes des marchés et organismes financiers notamment américains.

De bons esprits avaient à l'époque attiré l'attention de l'opinion et des dirigeants politiques sur les risques de mettre en place de manière imposée et volontariste une monnaie unique devenant de facto le seul outil monétaire d'un ensemble de pays (la zone euro) au sein de la communauté Européenne et interdisant à ces mêmes pays toute manipulation ultérieure de cette monnaie sur laquelle ils n'avaient plus prise, gérée qu'elle était par la BCE organisme déclaré indépendant des Etats.

Dans l'enthousiasme européen collectif de la fin du XXème siècle, concrétisé lors du traité de Maastricht, tout le monde a semblé oublier les fondamentaux d'une monnaie.

Quels sont-ils ?

La première caractéristique d'une monnaie nationale est de représenter la santé économique du pays concerné. Si le pays est socialement stable avec de bonnes règles de gouvernance interne, une économie dynamique, un taux d'emploi convenable, des finances publiques maîtrisées et des déficits sous contrôle, la monnaie sera forte, respectée par les marchés et aura tendance à s'apprécier par comparaison à des monnaies plus faibles. Un beau cas d'école nous a été fourni en Europe par le deutschmark dans les dernières décennies du XXème siècle. A contrario un autre cas d'école nous a été fourni par le franc français qui navigua de dévaluations en dévaluations sous la IVème République pour aboutir à sa transformation en Nouveau franc ou Franc Pinay en 1960 (avec au passage une nouvelle dévaluation !). Il n'est d'ailleurs pas banal de rappeler les fortes réticences allemandes à l'abandon de sa super-monnaie. L'Allemagne finalement n'accepta que sous la contrainte d'un chantage sur sa réunification.

Appliquer ce fondamental à l'Euro revenait donc à considérer la nouvelle monnaie unique comme représentant la santé économique non pas d'un seul pays mais d'un ensemble disparate de pays aux politiques sociales, financières, économiques divergentes et aux niveaux de vie fort différents particulièrement pour les nouveaux pays entrants dans la zone Euro. Bref un respect même minimal de cohérence monétaire ne pouvait qu'imposer à tous les pays participants des contraintes d'autant plus fortes que leurs économies étaient fragiles, leurs déficits mal maîtrisés et leurs politiques laxistes.

Il y avait donc dès le départ violation d'un fondamental monétaire et cette violation de principe devait être compensée, autant se faire que peu, par des politiques volontaristes visant à donner de la cohérence au fonctionnement de la zone euro. On inventa donc des palliatifs (pacte de stabilité, projet de coordination renforcée, calendrier à long terme de réformes structurelles,...) bien vite malmenés par des Etats soucieux de leurs intérêts nationaux et de leur souveraineté et bientôt brisés par les réalités économiques.

A ce relatif échec s'ajoutèrent deux conduites de politiques qui devaient avec le temps s'avérer désastreuses.

La première fut la politique de la BCE d'un euro fort, prioritairement centrée sur la lutte contre l'inflation même au détriment de la croissance, ce qui ne fit que rendre plus difficiles voire insoutenables les conditions de concurrence commerciale avec les Etats-unis et la Chine qui utilisaient et utilisent toujours leur monnaie comme une arme commerciale. La conséquence fut une délocalisation importante des outils de production (600.000 emplois industriels perdus en 10 ans en France) accompagnée de taux élevés du chômage partout en Europe.

La seconde fut la possibilité pour les Etats de la zone euro d'emprunter en euro à des taux avantageux. Autant une politique de taux bas peut être une excellente chose pour des Etats raisonnables développant harmonieusement leurs infrastructures et leurs atouts économiques, autant elle peut devenir un piège mortel pour les Etats laxistes ne cherchant qu'à financer leurs déficits structurels au meilleur coût ou misant tout sur un secteur économique au risque de créer une bulle (cas de l'Espagne dans le secteur immobilier).

La crise financière de 2008 suivie d'une crise du secteur bancaire puis d'une crise économique générale a mis en évidence la fragilité de la zone euro et notamment de ses Etats les plus faibles qui sont aujourd'hui violemment attaqués par la spéculation mondiale (cette dernière ne pouvant les attaquer sur leurs monnaies nationales les attaque sur leurs taux de prêt qui ont tendance à s'envoler, faisant apparaître pour certains Etats fragilisés le spectre d'une cessation de paiement)

Une autre option avait été mise, à l'époque, en balance. il s'agissait d'une monnaie non plus unique mais commune aux pays participants qui auraient laissé aux Etats leur liberté monétaire tout en s'associant étroitement à un projet économique commun et offrant la possibilité de créer ce grand marché européen des capitaux dans une seule (commune) monnaie, qui devait être l'avantage décisif de la monnaie unique.

C'était le choix de nombreux économistes...mais ce ne fut pas celui des dirigeants politiques de l'époque, plus attachés aux rêves chimériques qu'aux réalités économiques. Les turbulences actuelles permettent d'apprécier leurs erreurs d'appréciation !

Est-il aujourd'hui trop tard pour revenir à une conception plus saine de la monnaie européenne ou est-ce toujours une question interdite ?



Repost 0
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 13:27

 

Franca-usona matematikisto mi estis, kiu freŝdate mortis en Usono okdek kvin jarojn aĝa pro kancero. Naskiĝita de juda centro-eŭropa familio dum la dudekaj jaroj de la dudeka jarcento, mi forkuris la nazian minacon kaj rifuĝis en Francujo kun mia familio antaŭ kiam enloĝiĝinte en Usono poste de la dua tutmonda milito.

Mandelbrot Benoît

Frue mi interesiĝis al la fenomenoj de la informado kaj malkovris novan sciencan leĝon pri la vorta frekvenco en la tekstoj, kiu ricevis mian nomon kaj kiu estis la ĝeneraligado de unu alia nomita "Zipf leĝo".

La konkludon mi atingis, ke ne estas unu formo de hazardo, kiu ĉiam gvidus al l'egaligado per la leĝo de la grandaj nombroj. Nur estas iluzio tia vidpunkto. Fakte la plej granda parto de la naturaj fenomenoj obeadas al alia tipo de hazardo, kiun ne povas ekspliki la leĝon de la grandaj nombroj. kiel ekzemplo de tiu alia tipo de hazardo mi citis en fama scienca artikolo la kazon de la britinaj marflankoj, kies longeco dependas de sia mezureskalo kaj kiu posedas unu Haŭsdorff-an dimension inter 1 kaj 2.

Mandelbrot antennes et périodicité

Kun aproksimiĝo konsiderita de miaj samranguloj kiel marĝe de la konvenciaj matematikoj, mi disvolvis la frakciajn objektojn, kiujn konstituas unu novan kategorion de matematikaj objektoj. Tiel mi eldonis en 1973 : "La frakciaj objektoj, formo, hazardo kaj dimensio" kaj poste aliajn verkojn pri la sama subjekto.

Mandelbrot Ensemble avec zoom

La frakcia geometrio, kiun mi disvolvis celis la mezuradon de naturaj fenomenoj kiel la nuboj aŭ la marflankaj linioj, kiuj pensitaj estis nemezureblaj. Mi poste aplikiĝis tian teorion al la biologio, la financo (kaj notinde la bolsaj kurzoj), la fizikan sciencon kaj aliaj domajnoj. Mi fine difinis unu kompleton, kiu ricevis mian nomon kun la asociitaj nocioj de konekceso kaj de aŭto-samaspekteco.

Mandelbrot Fractal Broccoli

Ekslernanto de la politeknika lernejo de Parizo mi estis eminenta profesoro de la usona universitato de YALE. Antaŭ kunigi la serĉadan centron de IBM en Usono en 1958 mi estis laborinta en la nacia centro de scienca serĉado (CNRS) en Parizo.



 

Repost 0
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 13:53

 

Tiuj el la legantoj de tiu blogo, kiuj interesiĝas al la franca literaturo, sendube povos rekoni la sekvajn citaĵojn el unu el la plej famaj deknaŭajarcentaj verkistoj de Francujo, kies rapida priskribo estas ĉi-sube donita.

 

Hugo-Victor.jpg


Citaĵoj :

    "Niaj kimeroj estas, kio plej ŝajnas al ni"

    "Bestoj al Dio apartenas sed stulteco al homo"

    "Amo vi, kiu nin ĉarmas ! vi tenas nin per ĝojo sed precipe per larmoj"

    "Malfermi lernejon fermi karceron estas !"

    "La tuton de io mi preferas ol io de la tuto"

    "Mi kredas, kion mi diras kaj diras, kion mi kredas"

    "Amo estas maro, kies bordo virino estas"

    "Inciteto malboneco de bonuloj estas"

 

Korta priskribo de la aŭtoro

Filo de grava militestro de la unua franca imperio, ĉefe edukita de mia patrino mi estis.

Mi eldonis mian unuan poemaron, kiam mi ankoraŭ estis en liceo.

Rapide mi iĝis unu el la plej grandaj parolingoj de la Romantismo.

Antaŭ tridek jarojn aĝa mi eldonis mian unuan popolan romanon, kies titolo elvokas grandegan religian parizan konstruaĵon.

Antaŭ kvardek jarojn aĝa elektita mi estis en la Franca Akademio.

Poste mi ekis politikan karieron kaj forte starigis kontraŭ la epokaj sociaj muroj kiel la mortpuno, la mizermalestimo, la religia kaj morala ordoj.

Kvindek jarojn aĝa mi eldonis mian plej popolan romanon pri la mizeruloj.

Ekziliĝon mi konis poste de ŝtata bato kaj kreado de la dua franca Imperio.

Ambaŭ mi ĝojis je la popola gloro kaj la rekonado de miaj samranguloj.

Nacian omaĝon per enteriga soleno mi ricevis kaj mia postrestaĵo ripozas en la fama pariza tombejo "Le Père Lachaise".

 

Bonan kaj gajan serĉadon !



Repost 0
Pauledouard - dans Quiz
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 13:30

 

On vient de vivre une semaine édifiante à plus d'un titre !

D'abord un DSK avantageux, plastronnant sur les escaliers élyséens ! Normal me direz-vous ! L'homme jouit de son prestige international à la tête du FMI pour faire le beau dans la mère-patrie et rappeler à tout un chacun qu'il existe et qu'il faut respecter sa grande science économique et son éminente position new-yorkaise.

Ensuite un DSK surprenant, donnant une leçon de gouvernance européenne à Francfort et agitant des idées qui, pour fort belles qu'elles soient, ne peuvent qu'agacer les capitales des grands pays européens qui ne pensent qu'à rogner les ailes de la Commission européenne et limiter son budget et donc ses moyens d'intervention.

DSK portrait offciel FMI

On n'aura évidemment pas la naïveté de croire que notre éminent professeur d'économie, enflammé par son sujet, se mette inconsciemment à provoquer des réactions hostiles de la part des gouvernements européens. L'homme est trop roué politiquement pour se mettre délibérément dans une situation difficile. Ses raisons sont donc à chercher ailleurs.

Le voilà donc dénonçant les tares du système européen : "taux de chômage élevé", "faible taux d'emploi des jeunes, des vieux et des femmes", "gouvernance inadaptée de la zone euro",

bientôt suivies de solutions et même d'initiatives : "briser les chaînes de la faible croissance", "marché du travail unique sur le plan européen", "créer des conditions égales pour les travailleurs européens" (bigre...!), "approche moins restrictive sur l'immigration" !

et enfin, cerises sur le gâteau, une gouvernance renforcée et centrée sur la Commission européenne, une autorité budgétaire centralisée et indépendante politiquement...et une TVA européenne (c'est-à-dire un impôt européen prélevé sur l'ensemble de l'activité économique européenne) !

Bref il plaide donc d'une manière audacieuse et pour le moins inattendue pour une plus grande coopération et une plus grande intégration. Le voilà, en quelque sorte, devenu le chantre de l'Europe fédéraliste !  Pas sûr que ses collègues-et-néanmoins-amis de gauche s'y retrouvent dans une telle profession de foi !

Notre éminent économiste n'est évidemment pas sans savoir que la faible compétitivité européenne sur les marchés mondiaux a pour causes essentielles le dumping monétaire des américains et des chinois, le niveau élevé de la protection sociale européenne comparé au niveau mondial et les accords de l'OMC qui facilitent l'entrée des produits mondiaux dans la zone euro au détriment de la production et de l'emploi européens. Mais sur ces causes essentielles qui ne font pas "tendance", il est bien silencieux ! Ses "audaces" restent donc très sélectives !

Enfin un DSK multipliant, pendant son séjour à paris,  les rendez-vous secrets avec des ténors (Royal, Fabius, voire Aubry,...) de sa famille politique nationale, réactivant ses réseaux de supporters et redonnant confiance à ses fidèles. Se serait-il décidé, en fin de compte, à se jeter dans la mêlée des primaires socialistes reportées à point nommé à l'automne 2011 ?

Il paraît que madame a très envie de retrouver la lumière. Saura-t-elle le décider ?

A suivre.....

 


Repost 0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 11:34

 

Pour un citoyen politiquement raisonnable se situant dans la bonne moyenne de la population française, les nouvelles qui nous viennent de la gauche ne peuvent qu'être réconfortantes !

Notre citoyen-étalon pouvait légitimement s'effrayer depuis quelques mois de la montée des sondages en faveur de la gauche - en symétrie quasi-parfaite avec la baisse récurrente de la popularité d'un chef de l'Etat qui a l'art de jeter dans son propre camp le doute ou pour le moins la confusion sur ses réelles intentions et ses manières de gouverner -  rendant de plus en plus probable un retour au pouvoir lors des élections présidentielles de 2012.

Certains signes venant de ce qui est qualifié d'aile droite du parti socialiste montraient même qu'il y avait des esprits sensés pour prendre en compte la situation économique du pays et notamment son énorme endettement et ainsi prêcher pour l'équilibre des comptes sociaux et la modération dans les revendications de toutes sortes, encouragées par un misérabilisme ambiant repris en choeur par des médias nous saturant à longueur d'émission de "désespérance sociale" !

A ce sujet, il est toujours plaisant d'entendre ces journalistes dans le beau "costard-cravate" ou leur robe de collection nous parler de la "misère sociale" ! C'est que de la misère ils en connaissent un rayon ces messieurs-dames, eux ou elles qui logent dans les beaux quartiers parisiens, fréquentent le beau monde et les grands restaurants, avec des salaires (annuels à 6 chiffres ! Soyons sérieux ! Ils font partie de l'élite de la nation !) plus que confortables - au point d'exciter la verve d'un Mélenchon ! - et bien protégés par leur solide corporation ! Avec un tel bagage on peut se permettre de déblatérer sur les injustices sociales !

En voilà pour le coup des spécialistes des inégalités françaises ! A peu d'exceptions près, ils sortent de bonnes familles, ont fait de belles études, ont eu des parents ou des amis influents, vont reposer leur "stress" dans leurs belles maisons de campagne, etc...Ce joli monde se dit bien sûr de gauche. C'est tendance ! et en plus çà permet de se dédouaner auprès des nombreux gogos à l'épiderme égalitariste !

Mais revenons à nos moutons- je voulais dire à nos politiciens de gauche !

Après avoir cruellement inquiété notre citoyen-étalon voilà que de bonnes odeurs s'échappent de leur chaudron ! Ils sont redevenus eux-mêmes après un simulacre de rénovation !

Eux-mêmes, c'est-à-dire se livrant aux délicieux plaisirs de la division et de la rêverie déconnectée des réalités !

On piétine d'abord allègrement le principe des primaires ! Qui n'est pas avec moi est contre moi ! (vieux discours antidémocratique connue de toute antiquité). Donc pas de place pour les réformistes (Hollande, Vaals, etc...) qualifiés de fauteurs de troubles et de division !

On donne un grand coup de barre à gauche (sans doute pour couper l'herbe sous les pieds d'un Mélenchon qui fait un peu trop parler de lui mais surtout pour mettre hors-jeu l'éventuelle candidature "social-démocrate" de notre DSK national devenu international et que l'on préfère à New-York qu'à Paris !) en s'inventant un nouveau concept d' "égalité réelle" (qu'est-que çà peut bien vouloir dire ?) sous la férule d'un quadra, nouveau St Just, jeune finistérien qui aurait mieux fait de faire une licence d'économie plutôt que d'histoire tant ses connaissances du monde réel sont fausses ou déformées !

Leurs discours aux politiciens de gauche manquaient déjà de crédibilité ! Avec ce nouveau coup de barre idéologique ils ruinent leur déjà faible réputation de dirigeants sérieux et responsables !

Bravo à eux ! Ils ne sont donc réellement eux-mêmes que dans l'opposition et l'invective !

"On ne peut leur souhaiter que d'y rester" sera la conclusion de notre citoyen-étalon rasséréné, qui juge maintenant peu probable que le prudent DSK - qui n'a rien d'un Don Quichotte -  vienne s'enliser dans un tel bourbier idéologique !

 


Repost 0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 17:12

 

.....ou les tribulations d'un grand scientifique un peu trop prolixe en littérature de vulgarisation face à la meute hurlante de confrères fanatiques du réchauffement climatique et de médias imbéciles qui n'ont pour but que de nous "vendre" de l'information à grands coups d'exagérations, de simplifications abusives, d'amalgames de toutes sortes, de fausses interprétations...et j'en passe !

Car Claude Allègre est un grand scientifique français dont on ne peut contester la qualité des travaux de recherche en géologie qui lui valurent le prix Crafoord en 1986. Ils ne sont pas bien nombreux les scientifiques français à avoir obtenu ce prix attribué depuis 1982 et cela devrait encourager nos climatologues franchouillards à un peu plus de retenue et de modestie !

On peut peut-être reprocher à notre grand homme sa prolixité dans la vulgarisation scientifique depuis sa retraite politique...mais il y a tellement de gens qui écrivent des bouquins d'une médiocrité affligeante que l'on lui pardonnera d'avoir bien peu résisté aux sirènes médiatiques et sans doute aussi à l'appât du gain !

Allegre-a-73-ans.jpg

L'homme à 73 ans s'est épaissi et son élocution semble devenir hésitante (ou est-ce l'effet de l'émotion ?). Dans une toute récente interview parue dans Marianne par Yves Calvi que l'on a connu moins agressif et plus mesuré, sa défense embrouillée, cherchant ses mots, faisant des fautes de syntaxe était proche du pathétique !

A quoi faut-il attribuer une attitude aussi peu flatteuse ? A-t-il éprouvé la gêne de ceux qui ont affirmé trop fort et de manière trop catégorique des choses maintenant démenties par une instance supérieure (en l'occurrence : l'académie des sciences)?

A-t-il été fragilisé par les propos de certains collègues académiciens ou bien est-il "usé" par toutes ces attaques à répétition dont il fait l'objet et par l'invraisemblable "chasse à l'homme" médiatique * qui le prend à parti à longueur de colonnes ?

Son message est pourtant simple et devrait satisfaire le bon sens de tout un chacun :

   - La climatologie est une science neuve et terriblement complexe, donc prudence dans les conclusions (pas besoin d'avoir fait Polytechnique pour comprendre çà !)

   - Déduire le climat qu'il fera dans un siècle à partir d'extrapolations de modèles climatiques traités par ordinateur (travaux du GIEC) est pour le moins aventureux (pas besoin....etc..!)

    - L'augmentation des teneurs en CO2 est indéniable mais ne constitue que l'un des nombreux paramètres impliqués dans l'apparent réchauffement climatique actuel.

    - Il y a aujourd'hui des sujets plus urgents à traiter (la démographie, l'eau, les ressources naturelles, la pollution,...) que l'augmentation du CO2 dans l'atmosphère.

 

En climatologie, comme en toutes choses, sachons raison garder !

 

* Quelques extraits médiatiques :

      "Un cyclone quai Conti retourne la veste d'Allègre"

      "Face à leurs juges, Allègre et Courtillot ont abjuré" !!

      "Un document accablant a été remis en mains propres..."

      etc.....

Repost 0
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 15:29

Tout un chacun ne connaissant pas forcément ce monsieur Planck et encore moins son mur, ce petit rappel ne sera sans doute pas inutile.

Planck fut un éminent scientifique du siècle dernier qui eut le grand mérite de mettre en évidence des constantes universelles suite à ses travaux de mécanique quantique. Ainsi apparut le "temps de Planck", espace de temps inimaginablement petit (soit 10 à la puissance-43 exprimé en seconde) après le Big Bang, en-deçà duquel la physique moderne ne peut accéder car dans cet espace de temps les conditions initiales de température, pression, gravité sont telles qu'aucune loi de notre physique, fût-elle quantique, ne peuvent s'y appliquer, d'où le nom de "mur de Planck"  

Max Planck (1858-1947)

L'astrophysique et la cosmologie au cours des deux dernières décennies ont connu un développement fantastique favorisé par l'évolution technologique des satellites et de leur matériel embarqué. Ces satellites cosmiques, véritables "astronomes mécaniques" permettent en effet de s'émanciper des perturbations terrestres (et en premier lieu de notre atmosphère) et de positionner dans des conditions de vide quasi-parfait des instruments de mesure de plus en plus précis et sophistiqués.

 Cette science nouvelle en est arrivée à sonder les confins les plus profonds de notre Univers et à nous faire découvrir dans les années 90, grâce au satellite COBE (Cosmic Background Explorer) 

                                             COBE sky survey 1  

puis par le satellite WMAP (environ 30 fois plus sensible que le précédent) dans les années 2000, les plus anciennes et les plus grandes structures de l'Univers datant de 380.000 ans après le Big Bang, c'est-à-dire presque rien par rapport aux 13.7 milliards d'années de l'Univers.                                   

                                               WMAP scanned sky image


Mieux encore le satellite de cosmologie Planck, lancé en mars 2009 a scanné pendant une année entière dans les hyperfréquences toute la voûte céleste, ce qui a abouti à la publication par l'ESA en juillet 2010 (Agence spatiale européenne) d'une extraordinaire photo - voir ci-dessous -  du rayonnement de fond cosmologique émis après le Big Bang

planck_allsky.jpg

 

A noter que la zone centrale de la photo (la ligne rose et toutes les effervescences blanc-bleues qui l'entourent correspondent aux hyperfréquences émises par notre propre galaxie, la Voie lactée dont le diamètre n'est que d'une petite centaine de milliers d'années-lumière). Le rayonnement fossile, quant à lui, correspond aux parties inférieure et supérieure de la photo (zones en rouge sombre)

La totalité des résultats de la mission seront connus et publiés en 2012. Nul doute qu'ils apporteront des précisions voire des découvertes supplémentaires, grâce notamment à un équipement de mesure dans l'ultra-froid (il fonctionne à la température de 0.1 °K soit pratiquement au froid absolu) d'une précision mille fois supérieure à celui de COBE.

Pourquoi donc cette lumière primordiale date-t-elle de 380.000 ans après le Big Bang ? Parce que c'est à ce moment-là que la lumière que nous connaissons aujourd'hui a pu enfin "s'extirper" du milieu originel dans lequel elle était en quelque sorte prisonnière. Lorsque cette lumière primordiale fut découverte sous forme d'un rayonnement fossile d'une température d'environ 2.7 ° Kelvin par deux chercheurs des laboratoires BELL en 1964 on fut frappé par la parfaite isotropie (valeur identique dans toutes les directions) apparente de ce rayonnement, ce qui semblait indiquer un univers primordial parfaitement homogène...en contradiction avec l'hétérogénéité constatée aujourd'hui dans la répartition de la matière cosmique visible ou décelable au sein des galaxies, amas d'étoiles et autres poussières cosmiques.

Les trois missions préalablement citées apportèrent la preuve que cette isotropie n'était qu'apparente et qu'elle disparaissait lors d'observations réalisées avec des niveaux de précision beaucoup plus élevés.

Avec le satellite de dernière génération PLANCK, les scientifiques espèrent s'approcher au plus près de la frontière ultime de la réalité : Le fameux "mur de Planck" et nous apporter des réponses certaines et précises à des grandes questions qui font toujours aujourd'hui débat  :

   - Pourquoi l'univers est-il si bien réglé ?

   - Quelle est la forme de l'Univers (plat ou sphérique)

   - D'où viennent les fluctuations du rayonnement fossile ? 

et qui ouvriront sans doute une porte vers la connaissance ultime du pourquoi et du comment de l'Univers...mais il reste encore sans doute bien du chemin à parcourir !

 



Repost 0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 13:39
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang
Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang

Les 3 missions COBE WMAP et PLANCK d'investigation de la lumière primordiale émise environ 380.000 ans après le Big Bang

Repost 0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 12:48

Le déluge d'informations qui nous tombent de partout en ces temps modernes devraient logiquement apporter au citoyen français de base de quoi nourrir sa réflexion, notamment en période électorale.
Ce brave citoyen ne peut en effet ignorer - à moins de se boucher yeux et oreilles - les quelques grandes réalités fondamentales qui régissent ce bas monde et son environnement local.
En voici un bref rappel :
      - La démocratie n'est pas un bien ou un "droit" naturel dispensé par une Providence (à laquelle on ne croit plus beaucoup dans les chaumières) à tout être humain. Il reste de par le monde de nombreuses zones "grises" voire carrément noires où les droits citoyens sont foulés au pied sans vergogne par des pouvoirs personnels ou mafieux où la liberté de pensée n'est autorisée que dans un seul sens (celui du pouvoir en place, cela va sans dire) où les protestations sociales sont soit cruellement réprimées soit anesthésiées par des menaces très réelles de "rééducation", de séjours psychiatriques prolongés, de peines de prison ou de mise au ban de la société.
      - les fameux "droits de l'homme" ne sont à peu-près respectés ( en étant généreux) que dans une petite moitié de la planète, ce qui montre le chemin qui reste à parcourir à l'humanité.
      - A ces fameux "droits de l'homme" se rattachent naturellement les droits du Travail tout aussi peu respectés quand ils ne sont pas inexistants dans de nombreux pays.
      - De ces droits du travail découlent une bonne partie du coût du travail, source de distorsions énormes (le coût horaire variant d'un facteur 10 à 100 selon les pays considérés) dans les échanges inter-pays ou inter-zones, ce que la mondialisation effrénée a bien mis et continue de mettre en lumière sous nos yeux, détruisant ici l'emploi (notamment dans les pays à haut coût de main-d'oeuvre), drainant là les capitaux vers des monstres industriels établis dans des "zones franches" aux conditions avantageuses ou des pays à "faible coût de main-d'oeuvre" !
      - Derrière les "belles phrases" prononcées dans les réunions internationales officielles, il y a la confrontation des intérêts étatiques et donc la guerre économique où presque tous les coûts sont permis pour s'assurer le meilleur gain ou la position la plus favorable par le biais de dumpings de toutes sortes, économiques, sociaux, monétaires, réglementaires..ou l'octroi d'avantages politiques.
     - la politique de l'OMC visant à libérer le commerce international de toutes entraves ne peut être que désastreuse si cette libéralisation n'est pas accompagnée de règles de compensation visant à rendre le jeu équitable entre les pays et les zones géographiques. 
     - Même si la "conscience" d'un bien commun universel semble émerger un peu partout - l'information "tous azimuts" aura au moins eu l'avantage d'une telle prise de conscience ! - il faudra encore beaucoup de temps - un siècle ou deux peut-être - pour que l'humanité se dote de règles de conduites sociales et économiques et les fasse respecter par tous. Ce qui nous ramène aux règles de compensation évoquées plus haut au sujet du commerce international !
      - La terrible crise économique actuelle est la conséquence de dérèglements financiers aussi fous que criminels que ni les Etats ni encore moins les organismes internationaux n'ont su prévenir et qu'ils sont bien en peine de corriger même après un tel désastre. Vouloir faire porter le chapeau aux gouvernements en place est aussi injuste que dénoué de fondement.
      - Ces fameuses entreprises du CAC40 qui font des bénéfices "faramineux" sur le dos des travailleurs - à écouter notre inénarrable "gauche-gauche" nationale - obtiennent leurs excellents résultats non par leurs activités hexagonales mais bien grâce à leurs activités à l'international où elles profitent à plein de la mondialisation en investissant et en créant de la richesse partout où cela rapporte le plus ! 
      - La situation économique de notre pays est critique suite à la crise, bien sûr, mais aussi à des décennies de démission des différents pouvoirs en place devant les réformes nécessaires de l'Etat et de notre organisation sociale. Continuer la fuite en avant avec des comptes sociaux en déficit chronique de plus en plus grand, des ressources consacrées aux dépenses de fonctionnement et non d'investissement va conduire le pays à la ruine et nous faire rapidement régresser non seulement dans la hiérarchie mondiale mais aussi en niveau de vie, ouvrant la porte aux extrémismes irresponsables.
       - Les forces de gauche qui viennent encore de connaître un insolent succès - grâce à la coupable inertie citoyenne des électeurs de droite et du centre - n'ont aucune solution crédible à proposer pour sortir le pays de la crise. Non qu'elles ne sachent pas ce qu'il faudrait faire (il y a des gens lucides et compétents chez eux mais ceux-là on ne les entend guère !) mais bien parce qu'elles ne pourront pas mettre en oeuvre ce qu'il faudrait faire, ligotées qu'elles seront par des accords de circonstance avec des syndicats figés dans leur idéologie dépassée, des écologistes rêveurs de décroissance ou un front de gauche qui se croie encore au 19ème siècle !

C'est ainsi que l'électeur de base français, enfant gâté de la démocratie, sursaturé d'informations au point de perdre tout repère sensé et réfléchi, portera bientôt au pouvoir des gens irresponsables qui pousseront encore plus fort et plus vite notre pays sur la pente du déclin.

Pauvre France, décidément !! On finit par comprendre pourquoi 300.000 jeunes français sont partis s'installer à Londres !

 
 
Repost 0

Présentation

  • : le blog pauledouard
  • : Blog d'intérêts variés concernant l'économie, la politique, l'histoire, l'Esperanto, les sciences, l'astronomie, les souvenirs
  • Contact

Profil

  • Pauledouard
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie

Recherche

Liens