Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 15:53

 

Lors d'un tout récent entretien sur un média suisse Christine Lagarde, la grande prêtresse actuelle du FMI a affirmé du haut de son indiscutable (mieux vaudrait-il dire ici "indiscutée" car on peut discuter de la pertinence de ses analyses !) autorité qu'il n'y a pas d'alternative à l'austérité, ajoutant même lors de bref entretien de quinze minutes que : "la situation est difficile" et qu'il faut à la fois observer "une discipline budgétaire" et "favoriser les éléments de croissance", afin de promouvoir les "investissements et l'emploi". "Refaire des déficits" n'est pas une option envisageable, au même titre qu'une "politique de relance, car cela signifie plus de dettes".

Il faudrait que cette chère madame Lagarde explique aux béotiens que nous sommes comment "on favorise les éléments de croissance" avec un bugdet en fort déficit..et sans aucun sou en caisse pour financer des investissements productifs !! Bel exemple de bla-bla technocratique reprenant toujours les mêmes poncifs du genre : "Serrez-vous la ceinture ! Pour moi, tout va bien, merci je vis royalement à New-York sans payer d'impôts !"!

 Cette même Christine Lagarde qui semble ainsi s'opposer frontalement au président Hollande (penserait-elle déjà à 2017 ?) avait pourtant reconnu en janvier dernier que : "l'effet de l'austérité est plus fort que prévu", évoquant "une erreur d'appréciation", idée reprise fin avril par le président de la Commission européenne (CE), José Manuel Barroso qui constatait alors que cette politique économique (l'austérité) avait "atteint ses limites" .

La pauvre Grèce (voir ci-dessous) n'avait pas attendu l'avis de Christine Lagarde pour témoigner des résultats catastrophiques de l'austérité appliquée à son économie (en fort piteux état, il faut le reconnaître, après des années d'errements bugétaires et de tromperies avérées de la part des dirigeants politiques sur les comptes de leur Nation)

 

GRÈCE : sept cures "minceur" et aucune amélioration

 

Déficit et croissance (en % du PIB)Dette (en % du PIB)Croissance, dette et déficit en GrèceSource : EurostatDetteCroissanceDéficit200720082009201020112012-10 %-5 %0 %5 %10 %15 %20 %0 %50 %100 %150 %200 %250 %300 %2010Dette: 148.3 % du PIBCroissance-4.9 %Déficit10.7 % du PIB

 

      • Récession : depuis avril 2009
      • Taux de chômage : 27,2 % (janvier 2013)

 

Bon ! On peut globalement dire aujourd'hui que tout le monde est à peu-près d'accord sur la pertinence de la rigueur budgétaire (même les socialistes le proclament, c'est tout dire !) afin de stopper au plus vite l'inflation astronomique des dettes européennes qui sont les noeuds coulants qui nous asphyxieront un jour si on ne réagit pas (sauf à se lancer dans l'aventure de l'insolvabilité - thèse de ce fou de Mélenchon -  à la méthode argentine qui a coûté à ce pays vingt ans de galère). Encore faut-il faire le choix de la bonne méthode à appliquer et certainement pas choisir, comme les socialistes français, d'augmenter les impôts et taxes en lieu et place des difficiles mais nécessaires réformes structurelles de l'administration globale de l'Etat.

Ceci posé, reste le problème crucial : Comment relancer la machine économique européenne ? Les Etats-Unis et le Japon (et à un degré moindre l'Angleterre) ont choisi la création monétaire à tout-va avec le risque d'inflation à terme et d'affaiblissement de leur monnaies (renforçant du même coup l'euro et donc du même coup affaiblissant notre compétitivité hors Europe). Honnêtement, on ne voit pas trop comment faire autrement mais il faudrait pour cela que la BCE abandonne ses principes abscons et finance sans limites non seulement les banques européennes mais surtout et directement les Etats européens eux-mêmes pour un choc salutaire d'investissements notamment dans la recherche et l'industrie.

Reste à convaincre la mère Merkel et ses conseillers allemands qui veulent d'abord en faire baver aux européens comme ils en ont eux-mêmes bavé sous Schroeder, partant du principe qu'il faut d'abord souffrir avant de guérir...même si certains Etats du sud meurent en cours de route ou entrent en révolution ! !  

 

Pas gagné quand on connaît la psycho-rigidité allemande associée à un petit parfum de revanche !!

 

 

La sybilline Christine Lagarde

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog pauledouard
  • : Blog d'intérêts variés concernant l'économie, la politique, l'histoire, l'Esperanto, les sciences, l'astronomie, les souvenirs
  • Contact

Profil

  • Pauledouard
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie

Recherche

Liens