Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 11:25

 

On pourrait gloser à l'infini sur la légèreté du caractère français et l'inconséquence des ses actes, notamment dans le domaine politique, le seul auquel nous nous intéresserons dans cet article.

Ne voilà-t-il pas un pays qui s'est jeté en 2007 dans les bras d'un jeune fauve de la politique qui lui promettait de résoudre ses problèmes les plus criants, de s'attaquer enfin à ces indispensables réformes structurelles que nos dirigeants de droite ou de gauche renvoyaient inlassablement aux calendes grecques depuis plus de trente ans par crainte (tout-à-fait justifiée au vu de notre caractère national !) des représailles électorales.

Nul doute que ce jeune et frétillant président ait eu de bonnes idées (sans doute aussi des moins bonnes) concernant la réforme de l'Etat, des collectivités locales ou des ports, l'autonomie des universités ou la défense de nos industries. Il s'agissait tout bonnement d'extirper notre pays de cette gangue paralysante, issue de ce funeste environnement marxiste de l'après-guerre qui avait imprégné non seulement le mouvement syndical mais aussi l'enseignement et une bonne partie de l'appareil de l'Etat.

"Vaste programme" comme aurait dit le général de Gaulle, jamais avare de bons mots !

Le jeune fauve s'y attacha avec une fébrile ardeur - d'autres diront avec un activisme vibrillonnant voire brouillon - bousculant ici, piètinant là, lancant ses chevau-légers à l'assaut des citadelles de la Justice ou de l'Education Nationale, au point de bientôt déclencher l'incompréhension puis la colère rentrée de beaucoup de ses électeurs dépassés par l'agitation quotidienne et confuse de cet hyper-président qui en oublait au passage qu'il avait un premier ministre que ses conseillers piètinaient sans vergogne et qu'il existaient dans ce pays une constitution et un partage des pouvoirs.

A noter au passage que le général de Gaulle malgré sa haute stature de Commandeur, fut toujours très soucieux des apparences et du respect de la constitution. En grand connaisseur du caractère frondeur du français, il ne jeta jamais le trouble dans son camp par des comportements inadéquats et sut conserver, au moins jusqu'à la toute fin, cette aura admirative auprès du peuple et de la plupart de ses adversaires politiques.

Au contraire, le jeune hyper président attisa contre lui et même dans son propre camp des rancoeurs voire une rage de le détruire pendant que des médias déchaînés et l'ensemble des partis de gauche s'acharnaient avec une impatiente furie meurtrière sur la moindre nouvelle idée émise par le pouvoir en place.

En politique il est bien connu que pour réussir il faut que l'économie vienne un peu pousser à la roue ! Le gouvernement de Jospin (et son "penseur en économie", le "vert-galant" DSK ministre des finances de l'époque) avait bien profité d'une croissance de 3 à 4 % dont ils s'étaient vantés sans beaucoup de vergogne.

Notre jeune fauve pour son malheur et le notre hérita de la plus grave crise économique depuis 1929 ! De quoi dynamiter n'importe quel bilan et ouvrir une voie royale à la concurrence !

L'électorat français que l'on dit - fort abusivement- sage et intelligent mais qui est surtout doté d'une faible culture économique et obnubilé par l'immédiateté des choses doublée d'une crainte du lendemain lui fit payer cash sa malchance d'abord dans les élections intermédiaires puis lors du vote présidentiel.


 

Le-president-francais-moyen-en-vacances.jpg

 

 

Notre brave électeur se jeta donc cette fois dans les bras accueillants d'un anti-Sarko qui, à l'opposé du hussard pressé bousculant tout sur son passage, allait grâce à son calme, sa sagesse, sa hauteur de vue, son sens du consensus (que des esprits malveillants de son propre camp comparaient à de la mollesse ou de l'indécision chronique ! Voyez quand même comme les gens sont méchants !) et son sens suraigu de la posture en justice sociale remettre les choses en ordre et d'abord se conduire comme un président normal (les premières photos du couple présidentiel en vacance dans le Var furent édifiantes tant elles étaient proches d'une caricature !) avant de réduire les déficits de la catastrophique gestion antérieure, réduire les inégalités, redonner de l'espoir à la jeunesse, réduire le chômage, remettre d'aplomb l'Union européenne, refonder l'école de la République bafouée et appauvrie par une droite sans scrupules, etc...etc...

Et le bon peuple de prendre toutes ces promesses pour argent comptant....en attendant de déchanter devant les effets secondaires de la crise qu'on lui avait soigneusement caché au point de voir maintenant apparaître un début d'émeutes sociales devant l'étendue des dégats économiques actuels. 

Bon et brave peuple, me direz-vous, plein de qualités...mais aussi toujours aussi gogo !!

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog pauledouard
  • : Blog d'intérêts variés concernant l'économie, la politique, l'histoire, l'Esperanto, les sciences, l'astronomie, les souvenirs
  • Contact

Profil

  • Pauledouard
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie

Recherche

Liens