Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2006 1 11 /12 /décembre /2006 12:08



On entend beaucoup parler actuellement des futurs rapports de force entre les pays développés et les pays émergents et particulièrement la Chine qui, à écouter certains, va dominer le monde dans les prochaines décennies.
Sans se laisser impressionner par les "futurologues" plus ou moins patentés (qui ont d'ailleurs la fâcheuse réputation de se tromper systématiquement) aux hypothèses hasardeuses, tentons de nous faire notre propre idée en partant des chiffres de 2005 et en posant quelques hypothèses que l'on qualifiera de "raisonnables" (avec une grande humilité et en s'appuyant sur des estimations - discutables certes - mais toutefois assez probables, sauf énormes catastrophes planétaires, continentales ou régionales.
L'histoire nous apprend que l'on n'est à l'abri de rien surtout dans une projection de 40 ans !!). On ne parlera bien entendu dans le reste de l'exposé que de $ courants, sans donc tenir compte de l'érosion monétaire (paramètre bien hasardeux à fixer sur 40 ans !!)


LES FORCES EN PRESENCE :

Bien sur, il y a d'abord les USA, super-puissance politique et économique qui représente actuellement environ 30% du PIB mondial. Ensuite l'Union Européenne (UE) qui, à 2% près, a le même poids économique (mais, hélas, pas le même poids politique, loin s'en faut !) que les USA. Puis viennent le JAPON qui représente 10% du PIB mondial, la CHINE qui en représente 5% et enfin le groupe BRIM (BRESIL - RUSSIE - INDE et MEXIQUE, souvent et curieusement oublié des "futurologues") qui associe des pays ayant des PIB voisins (entre 750 et 800 Milliards de $) pour un total de 3.112 Mds $ soit 7% du PIB mondial. Tout le monde est à peu près d'accord pour considérer que nous avons là les principaux acteurs économiques du futur à moyen/long terme.


EVOLUTION DES POPULATIONS :

On va poser le principe (très simplificateur) que les populations nationales vont globalement rester stables. Pour les pays développés, l'hypothèse est raisonnable sous réserve de régulation des flux d'immigration. Pour la Chine et le Japon aussi. De même pour la Russie, le recul prévisible de la population slave devant se compenser par des arrivées de populations périphériques (la nature ayant horreur du vide comme disaient les savants du 17ème siècle). Pour le Brésil, l'Inde ou le Mexique, là ce n'est pas gagné ! et il y aura sans doute des progressions significatives de population mais dont on ne tiendra pas compte dans nos calculs de PIB/habitants. Pour le monde entier, les démographes envisagent une stabilisation de la population humaine aux alentours de 9 milliards d'individus.


TAUX DE CROISSANCE :

Les USA d'abord. Ils ne pourront sans doute pas tenir une croissance moyenne de 4% sur les 40 prochaines années. Le $ perdra (il l'a déjà perdu en partie) son statut de monnaie de RESERVE mondiale et les USA, bon gré mal gré, ne pourront plus vivre au dessus de leurs moyens et à crédit au dépens des autres pays riches ou pauvres. Ils devront donc réduire drastiquement leurs déficits abyssaux et leur train de vie. Leur modèle économique conservera toutefois son efficacité et son pouvoir d'attraction. On fera l'hypothèse d'un taux moyen de croissance de 3%.

L'UE (à 25, 27, 28, 30 ou plus pays membres) : Le modèle social européen restera un relatif handicap de croissance (comparé aux autres modèles) surtout si la valeur loisir l'emporte sur la valeur travail/pouvoir d'achat (comme peut le faire craindre un tout récent sondage français). Par ailleurs, l'union politique et la cohérence économique de l'Europe resteront sans doute longtemps des objectifs lointains. Il semble donc difficile de faire une hypothèse de taux moyen de croissance supérieur à 2% (peut-être même un peu optimiste !)

La CHINE : La sagesse et l'habileté des dirigeants chinois (magiciens surdoués de la "realpolitik") leur permettra sans doute de maintenir une croissance très forte pendant plusieurs années en faisant appel, d'une manière controlée et intelligente, aux capitaux et technologies occidentales (et de se les approprier ensuite !) mais ensuite le poids des contraintes internes et externes seront sans doute telles que le taux de croissance moyen deviendra plus raisonnable. On fera l'hypothèse d'une croissance moyenne de 10% pendant 10 ans puis de 6% sur les 30 années suivantes. On n'est, bien sur, pas à l'abri d'un cataclysme économique ou politique ou d'une explosion sociale (dans 5, 10 ou 20 ans ?) qui viendrait "chahuter" fortement notre hypothèse !

Le JAPON : Aura su tirer les leçons de ses 10 récentes années de déflation et les énormes investissements qu'il prévoit dans l'économie de la connaissance lui permettront sans doute de maintenir un taux moyen de croissance équivalent à celui des USA. L'hypothèse sera donc d'un taux moyen de croissance de 3% pour le pays du soleil levant.

Le groupe BRIM : Ce groupe possède un fort potentiel de croissance grâce à ses richesses naturelles et au dynamisme de populations souvent très jeunes mais les risques d'accidents de parcours paraîssent très importants. La maîtrise et la régulation de la croîssance (population, déficits, développement industriel et des services, investissements étrangers, etc...) sera sans doute pour ces pays un défi permanent. On fera l'hypothèse (peut-etre optimiste) d'un taux moyen de croissance de 6% (il y aura surement des disparités de développement entre ces 4 pays).

Le MONDE : Son PIB 2005 est de 44.385 Milliards de $. Compte-tenu des différentes hypothèses retenues ci-dessus et de la probabilité de décollage économique du continent africain (sans doute pas condamné à la récession perpétuelle) on fera l'hypothèse d'un taux moyen de croissance de 5%.


EN RESUME ET SELON LES HYPOTHESES RETENUES:

Le PIB des USA progressera de 326% à 40.600 Mds$ pour un PIB/Hab de 136.990$

Le PIB de l'UE progressera de 221% à 27.105 Mds$ pour un PIB/Hab de 58.630$

Le PIB du JAPON progressera de 326% à 14.690 Mds$ pour un PIB/Hab de 114.770$

Le PIB de la CHINE progressera de 1490% à 33.137 Mds$ pour un PIB/Hab de 25.400$

Le PIB du gpe BRIM progressera de 1029% à 32.020 Mds$ soit environ 8.005 Mds$ par pays

Le PIB du MONDE progressera de 704% à 312.470 Mds$


ENSEIGNEMENTS A TIRER DE CETTE PROSPECTIVE :

Pour ce qui concerne la puissance économique (représentée grossièrement par le PIB), la 1ère constatation est que les puissances occidentales perdront fortement de leur superbe. Le couple USA/UE ne représentera plus qu'un peu plus de 20% du PIB mondial alors qu'il en représente aujourd'hui 60% ! La chute de l'UE sera vertigineuse (passant de 27.6% à 8.7% soit une chute des 2/3) alors que les USA résisteront mieux (passant de 28.1% à 13.0% soit une chute de 54%!). La Chine se positionnera entre les USA et l'UE et sera la seconde puissance mondiale à 10.6% du PIB mondial, loin devant le Japon qui en représentera moins de 50%. Le groupe BRIM sera sensiblement au meme niveau que la Chine, chacun des pays le constituant (pour rappel : Brésil, Russie, Inde, Mexique) représentant environ le 1/4 du PIB chinois et environ la moitié du PIB japonais ou encore un petit 1/3 du PIB de l'UE.

 Pour ce qui concerne le niveau de vie moyen (représentée très grossièrement par le ratio PIB/hab), la comparaison avec le niveau de vie américain (en 2045) s'établira comme suit :

     Régression forte de l'UE (passe de 0.63 à 0.43) avec un niveau inférieur de plus de moitié au niveau américain.

     La Chine progressera fortement  (de 0.04 à 0.185) tout en restant à un niveau faible (moins de 20% du niveau US) et sous réserve d'une population stabilisée au niveau actuel.

     Le Japon se maintiendra à 0.84. Son niveau de vie sera le double de celui de l'UE.

     Le Brésil progressera fort (de 0.10 à 0.32) pour atteindre - à population constante -  le 1/3 du niveau américain.

     l'Inde fera de même (de 0.017 à 0.054) tout en restant - à population stable (!!!) à un niveau très faible de l'ordre de 5% du niveau américain.

     La Russie progressera dans les mêmes proportions que le Brésil ou l'Inde mais du fait de sa relativement faible population atteindra un niveau de vie de l'ordre de 40% de l'américain.

     Le Mexique, à la progression identique, atteindra - à population stable (?) - 56% du niveau de vie américain, le meilleur résultat après le Japon et supérieur d'1/3 au niveau européen.

      Le MONDE, quant à lui, représenterait à population constante (une pure vue de l'esprit !) environ 35% du niveau américain. Sur la base des projections démographiques et des hypothèses prises dans cette étude, le niveau de vie moyen mondial devrait atteindre le quart du niveau américain.

Tout ceci, encore une fois, n'est qu'une projection sur la base d'hypothèses estimées, à tort ou à raison, raisonnables.

Mais le monde est-il et surtout sera-t-il raisonnable tout au long de la moitié du 21ème siècle ?

  

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Poulain Paul 21/12/2006 20:43

Remarque de Françis au sujet de la parité de Pouvoir d'Achat (PPA)
Exprimer un PIB en PPA au lieu d'un PIB brut en € courants est sans conteste plus rigoureux pour comparer a posteriori des niveaux de vie nationaux car l'expression en PPA élimine les différences de niveaux de prix nationaux (selon des calculs qui sont tout sauf simples et qui posent un sérieux problème d'échantillonnage représentatif !)
Le problème du PPA, dans une projection à 40 ans, c'est qu'il introduit 2 facteurs d'incertitude supplémentaires : le premier, c'est l'évolution comparative des niveaux de prix nationaux et le second (qui est lié au premier) c'est l'évolution des inflations nationales. On aura donc, à l'arrivée, une incertitude encore plus grande qu'avec le PIB brut.

Francis 21/12/2006 18:06

S'agissant du niveau de vie, ne serait-il pas préférable de considérer le PIB / habitant en parité de pouvoir d'achat ?

Présentation

  • : le blog pauledouard
  • : Blog d'intérêts variés concernant l'économie, la politique, l'histoire, l'Esperanto, les sciences, l'astronomie, les souvenirs
  • Contact

Profil

  • Pauledouard
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie

Recherche

Liens