Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2006 6 18 /11 /novembre /2006 12:25

Les commentaires outranciers de Thierry Breton (qui manque pour le moins de la plus élémentaire des prudences. Grave quand meme pour un ancien grand patron d'industrie ! A qui donc se fier ? Ou alors est-ce le pouvoir politique qui rend fou ?) n'y changeront rien. Le ciel économique français est lourd de menaces.

La première mauvaise nouvelle est venue de la croissance nulle du PIB pour le 3ème trimestre. On pouvait penser à un accident de parcours après le mirifique (et trompeur) résultat du 2ème trimestre qui avait vu ce cher Breton se "lacher" sans retenue !

Depuis les mauvaises nouvelles s'accumulent : D'abord la création d'emplois nette s'écroule au 3ème trimestre. Conséquence de la 1ère mauvaise nouvelle diront les optimistes gouvernementaux impavides. Hélas, la série continue et cette fois c'est beaucoup plus grave : Le taux de croissance de l'investissement industriel sera sans doute proche de zéro cette année et les prévisions des industriels pour l'année prochaine ne sont guère optimistes.

Sans jouer les Cassandres, force est de constater que sur la période 2001 - 2007 l'investissement industriel n'aura guère progressé...alors que l'économie mondiale galope au rythme de 5% et que nos concurrents investissent à tour de bras ! La France est sur la pente (savonneuse) de la désindustrialisation et nos experts d'invoquer les (bonnes) raisons bien connues à la fois conjoncturelles (croissance trop rapide des couts de production pesant sur les marges, € trop élevé par rapport au $, au Yen et au Yuan) et structurelles (la fiscalité française qui n'incitent pas les industriels à revenir en France). On rajoutera au niveau conjoncturel la mauvaise passe de l'industrie automobile qui était l'arbre qui cachait (en partie) la foret.

Alors, est-ce l'amorce du déclin ? Accepter le déclin de l'industrie, c'est accepter le déclin de toute l'économie française. Bien que l'industrie ne représente plus que 20 % de notre PIB, tous les secteurs de services qui en dépendent ont besoin d'une industrie dynamique pour fonctionner. Si l'industrie s'écroule, c'est la débandade.

Prions le ciel que les conseillers de Sarkosy lui soufflent les bonnes réponses économiques. Quant aux conseillers de la nymphe Ségolène, ce n'est malheureusement pas demain qu'ils comprendont (ou accepteront de comprendre pour ne pas faire injure à leurs capacités intellectuelles) comment fonctionne une économie moderne.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog pauledouard
  • : Blog d'intérêts variés concernant l'économie, la politique, l'histoire, l'Esperanto, les sciences, l'astronomie, les souvenirs
  • Contact

Profil

  • Pauledouard
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie

Recherche

Liens