Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 15:21
Par les temps qui courent, les bibliographies de l'ex-First Lady ne manquent pas et tout lire serait une tâche hors de proportion avec l'ambition de ce petit blog qui est, rappelons-le, d'essayer de se faire une idée à peu près correcte de la personnalité d'Hilary Rodham Clinton. 

On ne perdra pas de vue dans cette analyse que les pires ignominies ont été écrites sur le couple Clinton pendant la durée des deux mandats présidentiels (période de 1992 à 2000) lors de campagnes de haine politique d'une folle virulence  lancées et financées par le parti Républicain qui avait, à l'époque, joué son rôle d'opposition avec une violence hallucinante auprès de laquelle les empoignades de nos politiques métropolitains feraient figure d'aimables chamailleries dans un pensionnat de jeunes filles de bonne famille ! On retrouve naturellement les relents de cette haine politique dans de nombreux écrits d'aujourd'hui selon la couleur politique des auteurs. Beaucoup de ces écrits sont donc, pour le moins, sujets à caution. 

On s'appuiera ici, pour l'essentiel, sur le livre autobiographique (écrit bien entendu par une équipe de "nègres", professionnels de la communication politique) publié en France en 2004 sous le titre " Mon Histoire" et quelques extraits d'articles de bonnes plumes américaines parmi lesquelles Carl Berhneim ("A woman in charge" paru en 2007) et quelques journalistes du New york Times de bone réputation. On ne retiendra, en particulier, que bien peu de choses d'un pamphlet-torchon au titre racoleur  "Hillary démasquée" du nommé Patrick Gofman qui a sans doute voulu faire un "coup médiatique" mais dont les accointances politiques (passant de l'extrême-gauche au front National) ainsi que les outrances verbales à répétition (de la "môme tapedur " de Chicago, dressée par un père fanatique à la criminelle endurcie faisant exécuter les témoins dangereux en passant par la lesbienne gauchiste enragée de l'Université de Wellesley) ne plaident guère en faveur de l'objectivité même si elles peuvent attirer l'attention sur certains traits de caractère de cette chère First Lady ! On savait d'avance que celle-ci n'est pas un ange ! On ne trâce pas son chemin pendant trente ans dans la politique américaine sans avoir le cuir tanné et être rompue à toutes les manoeuvres tordues. Il n' y a que les innocents pour voir de la grandeur d'âme et de la noblesse de sentiments dans la plupart des actes des hommes politiques !  Son livre autobiographique est sans nul doute dithyrambique à souhait et ne vise qu'à sublimer ses vertus. Le contraire eut étonné !  On ne pouvait décemment pas s'attendre à de l'auto-flagellation à longueur de chapîtres ! Bien que pénible à lire à cause d'un luxe de détails rapportés à plaisir et d'interminables digressions, ce livre fourmille toutefois de nombreuses informations qui sont autant de pistes dans la découverte du personnage de notre héroïne..

On insistera ici beaucoup sur l'enfance et la jeunesse de notre prétendante à la présidence US. On sait depuis Freud que tout se joue dans les premières années, époque où l'enfant absorbe, telle une éponge, toutes les impressions et exemples que lui fournit son environnement immédiat et d'abord sa proche famille.
Elle ne naît pas (en 1947 dans l'immédiat après-guerre)  avec une cuillère d'argent dans la bouche. C'est le moins que l'on puisse dire !  Sa famille fait partie de la classe moyenne du Middle West (région de Chicago). Le père qui a été apprenti boxeur puis instructeur dans la Marine pendant la guerre est un robuste gaillard au caractère bien trempé. Rien donc d'un "papapoule", plutôt un père très autoritaire, voire dur mais aussi très attaché à sa famille et avec çà ultra-conservateur ! La fille héritera de nombreux traits de son caractère qu'il avait lui-même hérité de sa mère, laquelle avait une réputation de "terreur" ! Après avoir été voyageur de commerce avant la guerre, le père monte dans les années cinquante, avec une relative réussite, une petite entreprise de textile qui va faire vivre correctement la famille. La maman est une femme au foyer, élégante, douce et sensible. Ayant connu une jeunesse très difficile et douloureuse, elle entourera d'une tendre affection ses trois enfants et manifestera toujours une grande compassion pour la souffrance des classes pauvres. La famille baigne dans un environnement méthodiste (paramètre important dans la compréhension de la personnalité d'Hillary).
Notre héroïne reçoit donc une éducation stricte, voire sévère dans laquelle on en badine pas avec la discipline et le sens de l'économie (Les parents ont été marqués par la grande dépression des années 30. A la maison, on ne gâche pas, on ne jette rien ! Ce vieux réflexe la suivra toute sa vie !).  On participe sans rechigner aux travaux domestiques et on apprend aussi à se défendre seul, quitte à faire le coup de poing si nécessaire ! Ainée de deux garçons, notre Hillary se transforme vite en meneuse, genre garçon manqué.  Elle gardera toute sa vie une admiration éperdue pour ce père pourtant avare de compliments et qui la subjuguait par son autorité ! 
Elle est bonne élève car intelligente et volontaire. Elle prend un premier job d'été à 13 ans et accomplit au même âge son premier acte politique (vérification des adresses de votants pour le compte du parti républicain - elle est alors républicaine comme papa, bien sûr !). La voici maintenant au lycée. En fille décidée, elle intègre les comités d'élèves et on la retrouve bientôt présidente du conseil d'élèves. Elle s'intéresse à la politique et aux débats oratoires pour lesquels elle manifeste rapidement des dons. Elle milite à la fois au parti républicain mais aussi dans l'église Méthodiste sous l'influence notamment d'un jeune pasteur qui va lui faire découvrir la misère d'autrui et la sensibiliser à sa responsabilité sociale. Elle sera une grande admiratrice de Martin Luther King.
En 1965 elle entre pour 4 ans à l'Université féminine de Wellesley près de Boston. C'est un véritable exil, à 1500 kms de chez ses parents mais elle avait alors, selon l'expression de ses mémoires, "les yeux tournés vers son propre avenir". Preuve de son esprit indépendant, d'un désir certain de se construire mais peut-être aussi de l'envie d'échapper à l'emprise paternelle ou familiale.
L'année 1968 représente un tournant important dans l'évolution d'Hillary. Bien installée dans sa vie d'étudiante, studieuse et travailleuse, elle est très active dans les conseils de classe mais également très impliquée déjà en politique (elle est alors présidente des étudiantes républicaines de son université).  Elle va ressentir le choc des évènements de l'époque aux Etats-Unis (guerre du Vietnam, assassinats de M.L.King et de Robert Kennedy, manifestations sur les campus) qui vont l'amener à participer aux manifestations étudiantes, à se détacher du parti républicain qui soutenait la guerre au Vietnam et décida de sa funeste extension au Cambodge, à prendre conscience de l'existence des minorités ethniques nord-américaines et de leurs problèmes. L'année 1969 sera une année d'approfondissement de sa réflexion et de consolidation des ses convictions démocrates. Elle choisit l'Université de Yale pour poursuivre ses études de Droit et prononce, en représentante de sa promotion, le discours de clôture du cursus de Wellesley. Histoire de changer d'air, elle se lance ensuite en solitaire dans un périple à travers l'Alaska, en travaillant ici ou là pour payer son voyage. C'est ce qu'on appelle avoir du caractère !
Elle arrive à Yale à l'automne 1969, dans une promotion ne comptant qu'une faible minorité de filles et se trouve rapidement plongée dans les soubresauts étudiants de l'époque (mouvement des Black Panthers, émeutes de mai contre Nixon et la guerre au Vietnam, mort de 4 étudiants). C'est l'époque aussi de ses rencontres avec des défenseurs des Droits civiques et de son implication dans la lutte contre la pauvreté et la défense des enfants d'ouvriers saisonniers agricoles hispaniques. En deuxième année de Droit elle se spécialise dans la législation sur les enfants (elle publiera son 1er article spécialisé en 1974 dans la revue d'Harvard) et participe à des auditions d'une commission du Sénat américain sur la maltraitance infantile. C'est aussi l'année où elle rencontre Bill Clinton sur le campus de Yale. Ils devinrent vite inséparables, partageant leur temps entre leurs études, les petits boulots pour arrondir les fins de mois et le militantisme démocrate (participation à la campagne de MacGovern contre Nixon notamment). Bill a déjà à l'époque des projets très arrêtés de carrière politique et nul doute qu'il ait perçu chez Hillary la partenaire idéale pour accompagner son ambition. A la fin de leurs études de Droit, au printemps 1973, ils partent tous deux faire un voyage en Europe puis ce sera l'Arkansas et le début de leur aventure politique.  

Le lecteur attentif n'a pu manquer de voir apparaître au cours de ce résumé de jeunesse la trâme psychologique de la personnalité de la future H.R.Clinton : Un sens aigu de la rigueur et de l'économie, le respect des parents et plus particulièrement du père, l'attachement fort à la cellule familiale, les convictions méthodistes, le caractère bien trempé, volontaire et indépendant, l'envie de se réaliser dans l'action - politique notamment -  et le travail, l'ambition d'influer sur les évènements mais aussi la sensibilité d'une brillante intellectuelle aux injustices, à la misère des ouvriers immigrants et des enfants, à la guerre jugée injuste du Vietnam, aux discriminations homme-femme ou inter-ethniques.

Tout cela se retrouvera naturellement dans la plupart des actions  et des intentions que l'on prêtera à la femme d'action qui va bientôt apparaitre sur le devant de la scène politique américaine, d'abord au niveau régional (en Arkansas) puis à la Maison-Blanche lors des deux mandats de son mari.

La suite de la carrière politique d'Hillary va dépendre du résultat des primaires lors d'un  prochain "Super Tuesday" qui va décider du choix du candidat démocrate à la prochaine élection présidentielle !

Si le lecteur a maintenant une vision plus précise de l'ex-First Lady américaine, ce petit blog aura atteint son but..

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kéline 17/02/2008 11:46

bonjour et merci pour cet éclairage. La campagne américaine en aura plus d'intérêt (pour moi en tout ca ) puisque vos 2 articles m'ont permis de mieux connaître l une des candidates du parti démocrate.

Présentation

  • : le blog pauledouard
  • : Blog d'intérêts variés concernant l'économie, la politique, l'histoire, l'Esperanto, les sciences, l'astronomie, les souvenirs
  • Contact

Profil

  • Pauledouard
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie
  • Ingénieur retraité. professeur d'Esperanto via Internet. Nombreux pôles d'intérêt: Actualités économiques, politiques, internationales. Histoire. Sports. Nouvelles technologies. Astronomie

Recherche

Liens